Le troisième tour du British Open a fait des victimes de choix. L’Anglais Danny Willett, vainqueur surprise du Masters d’Augusta, l’Américain Jordan Spieth et l’Australien Jason Day, N.1 mondial, n’ont plus aucune chance de remporter le prestigieux tournoi du Grand Chelem.

Avec une carte de 71 pour un total de 214, soit un au-dessus du par, Jason Day, vainqueur du Championnat PGA 2015, avait pourtant bien débuté sa journée, avec quatre birdies sur les neuf premiers trous, avant de commettre quatre bogeys au retour. S’il a fait mieux que Jordan Spieth (218, +5), Day se trouvait très loin des hommes de tête, emmenés par l’Américain Phil Mickelson et le Suédois Henrik Stenson. De son côté, Spieth, N.3 mondial et victorieux du Masters et de l’US Open 2015, a lui aussi débuté sa journée un peu comme Day, sur le parcours écossais du Royal Troon balayé par le vent, avec quatre birdies lors des sept premiers trous. Et comme Day, il a ensuite commis trois bogeys et un double bogey ! C’est d’ailleurs le dixième tour d’affilée en Grand Chelem que le Californien ne parvient plus à passer sous le par. Il se trouvait certes en bonne compagnie, avec Bubba Watson (Masters 2012 et 2014), Jim Furyk (US Open 2003) et Graeme McDowell (US Open 2010), mais très loin de la tête. Quant à Danny Willett, il est encore plus loin avec un total de 220 (+7).

Phil Mickelson, vainqueur en 2013 et auteur d’un excellent 63 jeudi, se trouvait à moins 11 après le 3e trou. Henrik Stenson a rendu samedi une carte de 68, qui lui permet, avec un total de 201, de compter un coup d’avance sur Mickelson (202), avant la dernière journée dimanche. Il a notamment signé cinq birdies.