Auto-Moto - Sport et loisirs

"La F1, discipline reine du sport auto !"


La Lettre de l'économie du sport n°1043
- Pouvez-vous vous présenter en quelques mots pour nos lecteurs et nous expliquer en quoi consiste exactement votre poste ?
- Renaud Tasset, Directeur marketing pour la région Europe du Sud (France mais aussi Espagne, Italie, Portugal et Grèce, des territoires littéralement "fous" de sports automobiles), mon poste consiste en l'optimisation de la mise sur le marché des produits jeu vidéo de l'éditeur Codemasters. L'idée étant que chacun de nos produits soient pour le mieux distribués, que la communication touche efficacement notre cible et que les ventes en soient optimisées sur toute la durée de la vie du produit dans chacun de ces territoires clefs.

- Comment expliquez-vous le succès récurrent de F1, proposé chaque année?
- La F1 c'est la discipline reine du sport automobile ! La formule 1, c'est quoi ? Les vitesses les plus élevées que peuvent atteindre un bolide sur des pistes sinueuses. Des souvenirs de courses épiques dans des conditions dantesques de nos plus grands champions prenant des risques insensés à chacune de leur époque, trompant la mort plus d'une fois… La F1, c'est cette promesse, associée aujourd'hui à un rendez-vous quasi-hebdomadaire, pendant presque toute l'année, sur les plus grandes chaines de TV et les radios du monde entier. Si vous ajoutez à cela une qualité de gameplay qui ne cesse de s'améliorer au fil des ans, sur toutes les plateformes de jeu, vous comprendrez mieux pourquoi le lancement annuel de notre licence phare est tellement attendue (Codemasters a repris l'exclusivité de la licence et son développement depuis 3 ans, Ndlr.).

- Qui joue à F1? Profil du joueur type.
- Notre cible est en grand majorité masculine et âgée de 15 à 34 ans (souvent possesseur d'une console HD de salon).

- Quelle stratégie marketing adoptez-vous cette année? Faut-il sans cesse faire preuve d'imagination pour imposer un titre récurrent ou sa notoriété suffit-elle à en faire un succès ?
- Sans nouveauté et apport d'innovation, un éditeur peut clairement laisser mourir sa licence. Le lot d'optimisations sur F1 2011 vs la version précédente est considérable et prouve que les équipes de développement de Codemasters Studios ont parfaitement pris en compte cette problématique. Voici les trois principales nouveautés apportées au titre cette année. D'abord, le multi-joueurs à 2 en écran partagé (sur une seule machine) ou bien jusqu'à 16 en Online permettant notamment de faire jouer les 2 coéquipiers d'une même écurie. C'est une vraie nouveauté appréciée de nos joueurs. Ensuite, les technologies du KERS (le système KERS est un système qui récupère l'énergie dégagée lors des freinages des F1 pour la transformer en surplus de puissance moteur. elle est censée favoriser les dépassements, Ndlr.) et du Drag Reduction System (DRS, Aileron mobile permettant de faciliter les dépassements, Ndlr.) ont fait leur apparition dans le jeu. Elles rendent le pilotage encore plus réaliste. Enfin, l'apparition de nouveaux circuits, comme l'Inde et le "Nürburgring" en Allemagne, pour la première fois digitalisés en HD dans un jeu vidéo, rendent le titre encore plus attractif.

- Combien de titres de F1 2010 se sont écoulés ?
- Plus de 2 millions d'exemplaires de F1 2010 se sont écoulés à travers le monde alors même que celui-ci n'était disponible que sur 3 plateformes et attirait très peu de consommateurs aux Etats-Unis, marché pourtant clef dans le jeu vidéo. C'est donc un formidable succès pour Codemasters et l'objectif pour F1 2011 est bien évidemment de faire mieux que sa précédente itération avec notamment des versions portables en cours de développement (sur Nintendo 3DS et PlayStation Vita).

Alain Jouve




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

Sport.fr TV


RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport

Les 4 chiffres du début de saison raté du PSG Ligue 1

Les 4 chiffres du début de saison raté du PSG

Tenu en échec par Montpellier au Parc des Princes samedi (0-0), le PSG a terminé l'année sur une note négative. Et laissé l'OM s'emparer du titre de champion d'automne à la faveur de son succès contre Lille (2-1), le lendemain. Si la situation comptable du PSG est loin d'être désespérée, le bilan de passage des champions en titre après 19 journées est clairement décevant. Voici quatre statistiques qui attestent du mauvais début de saison parisien.