A défaut de résultats sur les circuits du Championnat du monde de Formule 1, McLaren lance son projet de circuit dans les rues de Woking, où l’écurie est basée. Rêve ou réalité ?

Tandis que le circuit de Silverstone est dans le brouillard, McLaren propose une alternative. Le constructeur britannique lancé le projet humoristique d’un Grand Prix de Formule 1 dans les rues de la ville de Woking, où l’écurie est basée. D’après McLaren, ce projet absurdement ambitieux permettrait à Woking de rejoindre Monaco et Singapour comme l’un des circuits les plus glamour et emblématiques. Le Circuit International de Woking compterait 18 virages et mesurerait 4,85 kilomètres. McLaren ajoute que la vitesse de pointe prévue serait de 315 km/h pour les meilleures voitures. Nos ingénieurs, nos mécaniciens, nos stratèges ont tous déjà conduit sur ce circuit, souligne Zak Brown, Directeur exécutif de McLaren. En fait, ils l’ont vécu, ce qui leur donne l’avantage sur le reste du peloton. Ils connaissent la moindre bosse sur la piste, la moindre imperfection de l’asphalte, chaque raccourci à prendre quand il y a des bouchons, tous les bons restaurants à dix kilomètres à la ronde. C’est le type d’avantage qui n’a pas de prix… Le tracé proposé passe devant deux anciennes usines de McLaren. Parmi les autres idées proposées, le paddock serait basé sur des pontons flottants ancrés dans le canal Woking-Basingstoke, les journalistes travailleraient avec le wifi des cafés alentours, et le centre média serait remplacé par des restaurants et un centre commercial.

Pourquoi ne pas accueillir la Formule 1 dans les rues de Woking ? demande Jonathan Neale, directeur général de McLaren. Bien sûr, à part l’énorme engagement social et financier nécessaire pour créer les infrastructures, refaire les rues, poser de l’asphalte, mettre des kilomètres d’Armco, construire des tribunes, payer les frais d’inscription et obtenir l’approbation de la FIA, nous ne voyons pas d’obstacle à notre projet. En effet…