Cinq pilotes pour un titre

Auto-Moto / Formule 1

Cinq pilotes pour un titre
Photo TEAMSHOOT

Cinq pilotes pour un titre

Lundi 30 juillet 2012 - 12:10

Cinq pilotes, dont quatre champions du monde, ont pris une option sur le titre mondial 2012 lors d'une première demi-saison de Formule 1 bien plus animée (7 vainqueurs différents en 11 courses) que le Grand Prix de Hongrie dimanche, ennuyeux faute de dépassements. Ces cinq pilotes appartiennent à quatre écuries, ce qui pimente encore un peu plus une saison marquée pour l'instant par la fin du monopole Red Bull qui avait plombé l'intérêt sportif de la saison 2011.

Fernando Alonso ( Ferrari), 3 victoires et 3 podiums, 2 pole positions, 1er avec 164 pts
La constance exemplaire de la Scuderia Ferrari, grâce à son leader, est pour l'instant la clé du championnat. Fernando est rentré dans les points, en Hongrie, pour la 23e fois d'affilée depuis le milieu de la saison 2011, en respectant parfaitement son plan de route imposé par les circonstances: minimum de risques pour un maximum de points (10). Son avance sur ses quatre poursuivants immédiats va de 40 points (Webber) à 48 points (Räikkönen), alors il peut voir venir et gérer, ce qu'il sait très bien faire.

Mark Webber (Red Bull-Renault), 2 victoires, 1 pole position, 2e avec 124 points
Dans les points 10 fois sur 11, abonné à la 4e place (cinq fois), le grand Mark, seul non champion du monde de ce club des cinq, joue à la fois sur son expérience, quand ça ne rigole pas, et sur sa pointe de vitesse, quand tout va bien (victoires à Monaco et Silverstone). Il a gagné deux fois, comme Hamilton, et semble plus calme que son jeune équipier, Vettel, en toutes circonstances. Il sera un rival coriace pour Alonso si sa RB8 termine mieux la saison qu'elle ne l'a commencée.

Sebastian Vettel (Red Bull-Renault), 1 victoire et 2 podiums, 3 pole positions, 3e avec 122 points
La sérénité n'a pas l'air d'être le point fort du double champion du monde en titre cette saison. Il semble souvent énervé par sa voiture ou par les incidents de course et ses petits écarts de trajectoire, à répétition, témoignent de sa difficulté à aller vite avec la RB8, comme quand il dominait la F1 en 2010 et surtout 2011. Son abandon à Valence (panne d'alternateur) lui a coûté très cher dans la course au titre et la concurrence interne de Webber est une contrariété de plus.

Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), 2 victoires et 3 podiums, 3 pole positions, 4e avec 117 points
Concentré à 100%, Lewis est le plus performant des cinq, en vitesse pure, et il est intouchable quand sa voiture est au point et quand son écurie ne fait aucune erreur. Pénalisé lourdement à Barcelone par le retrait de sa pole position (pas assez d'essence dans le réservoir à la fin des qualifications), il est parti 24e et dernier, mais a terminé 8e, au lieu de s'énerver. Il a pris l'ascendant sur son équipier Button, susceptible de l'aider en fin de saison, et il croit encore au titre.

Kimi Räikkönen (Lotus-Renault), 5 podiums, 5e avec 116 points
Personne, sauf peut-être ses fans, n'attendait le Finlandais à ce niveau, après deux années de congé sabbatique en rallye. "Iceman" a marqué dix fois sur onze en tirant le maximum d'une monoplace efficace partout, surtout quand il fait chaud. Il a tous les atouts dans son jeu pour gagner une course avant la fin de la saison, comme à l'époque de sa splendeur et de son titre mondial chez Ferrari, en 2007. De là à prédire qu'il pourrait jouer le titre en fin de saison, il y a encore un pas, mais avec ce diable de pilote, qui n'aime que la victoire, il vaut mieux être prudent dans ses prévisions.





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live