Une Ferrari pointe le bout de son museau sur le tracé du Grand Prix de Monaco. L’Espagnol Fernando Alonso signe le meilleur temps de la 2e séance d’essais libres. Mais les conditions climatiques devraient doucher les espoirs des tifosi.

En 1 minute 18 secondes et 482/1000, en pneus super-tendres, sur une piste très arrosée en début de séance, Fernado Alonso (15 tours) a rendu un peu d’espoir aux tifosi déçus par les dernières performances de la Scuderia. Mais en raison des conditions météo, et même d’une averse de grêle en début d’après-midi, ce résultat n’est pas forcément significatif de ce qu’il peut obtenir dimanche. Vainqueur des quatre dernières manches cette saison, Lewis Hamilton (Mercedes), qui avait fait le meilleur temps de la première séance, jeudi matin, a signé le 2e chrono de l’après-midi, à quatre gros dixièmes de son ex-coéquipier chez McLaren.

Il ne s’est rien passé pendant les 40 premières minutes, la piste étant détrempée, au point que certains spectateurs, irrités par le manque d’animation, se sont mis à siffler. Puis la Sauber d’Adrian Sutil, victime le matin d’une touchette, est sortie timidement de son stand, imitée aussitôt par les deux Toro Rosso et les deux Marussia. Côté Red Bull, en fin de séance, sur une piste finissant de sécher, l’Allemand Sebastian Vettel a réussi le 3e temps, devant le Français Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) et le Finlandais Valtteri Bottas (Williams), qui a terminé dans les points les cinq premières manches de la saison. Son compatriote Kimi Räikkönen (Ferrari) n’a fait que quatre tours, sa F14T passant la quasi-totalité de la séance dans le garage.