Alonso: La victoire de la honte

Auto-Moto / Formule 1

Alonso: La victoire de la honte
Photo BRIDGESTONE CORP.

Alonso: La victoire de la honte

Lundi 26 juillet 2010 - 11:00

Felipe Massa a indiqué dimanche à Hockenheim qu'il avait volontairement laissé passer son coéquipier Fernando Alonso lors du 49e tour du Grand Prix d'Allemagne de Formule 1, un version peu crédible à l'écoute des conversations radio avec Ferrari. Les consignes d'équipe sont interdites en F1 depuis 2002. L'écurie Ferrari sera convoquée devant le Conseil mondial de l'automobile pour s'expliquer.

A un journaliste lui demandant en conférence de presse si c'était "sa décision" de se laisser doubler par Alonso, le Brésilien a répondu "Oui absolument !", avant de se mettre à ricaner.

Massa, qui avait pris le meilleur sur l'Espagnol et sur Sebastian Vettel, auteur de la pole, au départ du GP d'Allemagne, contrôlait la course quand il s'est très étrangement mis à ralentir puis à balbutier un changement de vitesses, jusqu'à ce que son partenaire le dépasse.

Il avait auparavant reçu un étrange message radio de Ferrari, d'autant plus surprenant que les consignes de courses sont interdites en F1 depuis 2002 : "Fernando est plus rapide que toi. Peux-tu me confirmer que tu as compris le message ?".

"Je ne crois pas que je doive dire quelque chose à ce sujet", a-t-il commenté, à l'énoncé du message, avant de poursuivre, plus évasif : "La seule chose que je sens, c'est que nous travaillons beaucoup pour l'équipe."

"Je suis très professionnel et je l'ai toujours été. (Il s'adresse à un journaliste). Vous aussi, vous travaillez pour une compagnie. Vous faites ce que vous avez à faire. Je suis un professionnel, et j'ai montré à quel point que je l'étais dimanche", a insisté Felipe Massa.

Le Brésilien, heureux qu'on ait vu "qu'il pouvait gagner" une course, a ensuite tenté d'expliquer son coup de mou du 49e tour (bien 49e) par sa difficulté à gérer ses gommes dures.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui est à l'image de ce que j'ai vécu le reste de l'année. Je me bats plus avec les gommes dures, en terme d'adhérence. C'est exactement ce qui s'est passé dimanche. Je suis très fort en gommes tendres. Mais je me bats avec les dures", a-t-il remarqué.

LA SCUDERIA CONVOQUEE

L'écurie Ferrari sera convoquée devant le Conseil mondial de l'automobile, organe de la FIA, pour se défendre d'avoir commis deux infractions au règlement sportif de la Formule 1 dimanche lors du Grand Prix d'Allemagne, quand Alonso a dépassé Massa.

La Scuderia, pour ces infractions, devra également s'aquitter d'un amende de 100.000 dollars (environ 77.400 euros), a fait savoir la Fédération internationale de l'automobile dans un communiqué, après que l'équipe italienne a été entendu par les commissaires sportifs à Hockenheim.

La date de la convocation devant le conseil mondial de la FIA, qui pourrait sanctionner plus lourdement Ferrari, n'a pas été communiquée.

Alors qu'il contrôlait le GP d'Allemagne, Felipe Massa, distancé au classement général, contrairement à son coéquipier Fernando Alonso, a été averti par radio : "Fernando est plus rapide que toi. Peux-tu me confirmer que tu as compris le message ?".

Le Brésilien a soudainement ralenti, puis balbutié un changement de vitesses, ce qui a permis à l'Espagnol de le dépasser. Massa a ensuite repris son rythme de course de normal, pour terminer 2e de la course.

Les consignes d'équipe sont interdites en F1 depuis 2002.

RED BULL S'INDIGNE

Le patron de Red Bull Christian Horner a regretté les consignes manifestement données dimanche à Felipe Massa pour qu'il laisse passer son coéquipier Fernando Alonso, ce que les deux hommes nient, estimant que l'Espagnol n'avait "pas besoin qu'on lui donne des courses".

"Ce qui s'est passé avec les Ferrari était surprenant, lorsque les deux voitures ont échangé leur position. Ca avait l'air d'être des consignes d'équipe. Si c'est le cas, c'est dommage pour la Formule 1 et ses fans, qui ont été privés d'une lutte entre les deux pilotes Ferrari", a estimé Horner.

"Fernando est un super pilote. Il n'a pas besoin qu'on lui donne des courses", a-t-il ajouté.

Red Bull, écurie jeune et manquant encore d'expérience, au contraire de Ferrari ou McLaren, joue depuis le début de la saison la carte du panache et laisse s'exprimer la rivalité entre ses deux pilotes Sebastian Vettel et Mark Webber, ce qui a permis au Championnat de rester ouvert.

Le mauvais côté de cette stratégie est que Red Bull, bien que disposant de la meilleure monoplace, n'est en tête d'aucun des deux Championnats, que dominent Lewis Hamilton et son écurie McLaren.





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live