Abbiati plombe le Milan AC, El Shaarawy le sauve

Football / Italie

Abbiati plombe le Milan AC, El Shaarawy le sauve
Photo MAXPPP

Abbiati plombe le Milan AC, El Shaarawy le sauve

Samedi 17 novembre 2012 - 23:12

Cruelle désillusion pour Naples. Alors qu'ils menaient deux buts à zéro, les Azzurri ont été rattrapé par le Milan AC (2-2). Médiocre et fautif sur les deux buts qu'il a concédé, Abbiati pourra remercier El Shaarawy, auteur d'un doublé salvateur. Le point du nul n'arrange personne.

Naples est décidément inconstant et déroutant. Capables de battre à peu près n'importe qui, les Azzurri peuvent aussi se compliquer eux-mêmes la tâche. On en a eu une nouvelle fois la preuve ce samedi avec ce match nul concédé à San Paolo contre le Milan AC (2-2). Un partage des points qui s'apparente presque à une défaite tant les Napolitains ne devaient pas obtenir autre chose qu'un succès. Le Napoli avait effectivement la main-mise sur la partie. Dès la 4e minute, Inler trompait un Abbiati fébrile d'une frappe flottante des trente mètres (4e, 1-0). Un peu plus tard, Insigne doublait la mise d'une frappe détournée que le portier milanais ne pouvait détourner (29e, 2-0). Au delà du réalisme des Azzurri, il faut vraiment souligner la médiocrité du gardien du Milan AC, Christian Abbiati, largement coupable sur les deux buts napolitains. Perméables défensivement, à l'image d'un Acerbi très peu incisif, les Milanais ne sont pas aidés par leur portier. A ce moment de la rencontre, beaucoup pensaient que les Lombards rentreraient de Campanie avec une avalanche de buts dans leurs valises. Il n'en sera rien.

Rarement on pourra autant prétendre qu'une équipe ne se résume qu'à un seul joueur. Le constat était déjà criant, il est désormais incontestable. Le Milan AC ne dépend que de Stéphan El Shaarawy. Malmenés les Rossoneri avaient la chance de revenir dans la partie grâce à un coup de génie du "Petit Pharaon". Servi à l'entrée de la surface, l'international italien enroulait sa frappe du droit et trouvait le petit filet opposé de De Sanctis (2-1, 44e). Avant cette frappe, l'attaquant milanais n'avait quasiment pas touché un ballon. Evidemment, c'est lui qui égalisait en fin de rencontre pour offrir un point à son équipe. Servi dans la profondeur par Robinho, El Shaarawy trompait le portier de Naples d'une frappe du droit (81e, 2-2). San Paolo se tut subitement.

Les Azzurri doivent avoir effectivement des regrets. Insigne (32e), Cavani (64e) et Hamsik (67e) avaient eu l'occasion de tuer la rencontre mais perdaient leur duel avec Abbiati. C'est ça aussi le Napoli. Du spectacle et des occasions manquées. Un incroyable sentiment d'inachevé. Walter Mazzarri ne dira pas le contraire. A l'issue de la rencontre, le sorcier napolitain avait le masque, frustré de ne pas s'être imposé face à un adversaire à sa portée. C'est au classement que le club de la Campanie le paye puisqu'il manque l'occasion de revenir à trois points de la Juventus. Le Milan AC est dixième et risque de rester longtemps dans le milieu de tableau s'il doit se contenter des exploits de son attaquant vedette.

Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr



Le Zapping Sport.fr de la semaine

Fiche du Stats

Calcio
- Journée 13

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine