La crise diplomatique qui isole le Qatar a eu un « impact minimal », mais les préparatifs se poursuivent « dans les temps » dans le pays organisateur de la Coupe du monde 2022, a indiqué dimanche le patron du comité d’organisation Hassan Al-Thawadi dans un entretien à la chaîne Al-Jazeera. L’Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés ont décidé en juin de rompre leurs liens avec Doha. La plus grave crise diplomatique qui frappe le Moyen-Orient depuis des années. « En termes d’avancement des chantiers ou de construction des stades, du progrès a été fait », a-t-il poursuivi, avant de rassurer sur les délais: « Les projets avancent dans les temps. Aucun retard n’a eu lieu. » Des fournisseurs ont été trouvés en dehors des pays en froid avec le Qatar pour permettre la poursuite des chantiers. La crise a néanmoins « créé un désagrément », a reconnu Hassan Al-Thawadi.

L’Arabie saoudite et ses alliés ont appliqué des mesures économiques, comme la fermeture des frontières terrestres et maritimes, qui peuvent se répercuter sur l’organisation du Mondial, notamment au niveau de l’approvisionnement en matériaux pour la construction des stades et des infrastructures. Le Qatar avait initialement donné la priorité à des fournisseurs des pays du Golfe, mais a indiqué par la suite avoir établi des contacts avec des entreprises chinoises et malaisiennes depuis que la crise a éclaté le 5 juin.

Le projet du stade Al Thumama vient d’être présenté

Le comité d’organisation du Mondial 2022 a également présenté le projet du stade Al Thumama. Il s’agit de la sixième enceinte dévoilée en vue de la Coupe du Monde. Cette arène circulaire de 40.000 places, qui s’inspire du « gahfiya », la calotte traditionnellement portée dans la région, doit être achevée d’ici 2020. « Ce design symbolique incarne tout ce qui nous unit en tant qu’Arabes et musulmans. À ce titre, il honore particulièrement bien la première Coupe du Monde organisée au Moyen-Orient », a souligné Son Excellence Hassan Al-Thawadi.

Ce stade, l’un des plus centraux des huit sites en cours de construction au Qatar, sera reconverti en une arène de 20.000 places au lendemain du tournoi, les sections démontées seront offertes à d’autres pays.