Football - Fédérations

Platini explique pourquoi il jette l'éponge

Platini explique pourquoi il jette l'éponge

"Je ne me présenterai pas à la présidence de la FIFA." Ceux et celles qui soutenaient Michel Platini pour ce poste déchantent. Le président de l'UEFA, qui est suspendu pour une durée de 8 ans (conflit d'intérêt, gestion déloyale, abus de position...), considère qu'il ne peut plus se consacrer à cette élection. "Je ne peux plus, je n'ai plus le temps ni les moyens d'aller voir les électeurs, de rencontrer les gens, de me battre avec les autres. En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense par rapport à un dossier où on ne parle plus de corruption, de falsification, où il n'y a plus rien", explique-t-il.

Le principal coupable de cette situation, aux yeux de Michel Platini est bien sûr Sepp Blatter qui a tout fait pour le faire tomber... sans savoir qu'il serait aussi épinglé par la Commission d'éthique de la FIFA. "Tout est parti de Blatter, qui voulait ma peau, qui ne voulait pas que j'aille à la FIFA. Il disait souvent que je serai son dernier scalp, mais il est tombé en même temps que moi. De toute façon, ils cherchaient absolument quelque chose contre moi." En prime, l'ancien meneur de jeu des Bleus ou encore de la Juventus a laissé entendre que Sepp Blatter est quelqu'un qui fait tout pour qu'on parle de lui sans cesse.

"Blatter ne pensais pas tomber en même temps que moi"


"Je connais le personnage depuis très longtemps. Je sais sur quoi il veut nous emmener quand il parle. Il y a toujours quelque chose qui se rapporte à lui quand il parle de quelqu'un. (...) Il a toujours eu un problème avec Platini, Beckenbauer. Il aime les joueurs, mais il ne faut pas qu'ils lui fassent de l'ombre", raconte Platini. Même s'il a une dent contre Sepp Blatter, Michel Platini espère sincèrement que ce dernier sera "au congrès de la FIFA" en septembre prochain pour "dire au revoir après quarante ans passés dans l'institution" étant donné qu'il a eu "une vie exceptionnelle".

A la surprise générale, le Français va même jusqu'à admettre que Sepp Blatter a "fait beaucoup pour le football" et que c'est un peu dommage qu'une histoire de paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d'euros) vienne tout remettre en question. A ce sujet, qui a causé sa perte, Michel Platini répéte qu'il ne comprend pas pourquoi la Commission d'éthique de la FIFA l'a sanctionné aussi lourdement alors qu'il s'agissait simplement d'un versement justifié. "Dix jours après avoir envoyé la facture, ils me paient. Je le déclare dans mes impôts et, aujourd'hui, ce sont les mêmes qui m'ont payé ce travail qui m'envoient devant la Commission d'éthique. J'ai perçu l'argent que me devait M. Blatter pour le travail que j'ai fait pendant quatre ans à mon bureau parisien."

Platini pourrait reprendre un club


En ce qui concerne son avenir, Michel Platini indique qu'il est incapable de donner une "réponse aujourd'hui" au sujet de son retour éventuel sur le fauteuil de président de l'UEFA. A défaut de pouvoir revenir à la tête de l'instance qui régit le foot à l'échelle européenne, au cours des mois à venir, le dirigeant pourrait essayer de prendre "un club" à moyen terme. "Je ne suis pas préoccupé. Pour l'instant, je suis suspendu huit ans. Mais je ne comprends pas qu'une commission d'éthique puisse te suspendre avant que tu sois jugé." Michel Platini n'a plus d'autre choix que de se battre pour prouver sa bonne foi...





Sport-Kiff.com, la boutique du sport
Partenaire officiel de Sport.fr




Buzz sport

Séville met fin à la série du Real Espagne

Séville met fin à la série du Real

Le FC Séville s'est imposé face au Real Madrid (2-1), mettant fin à sa série record de 40 matches sans défaite, dimanche soir lors de la 18e journée de Liga. Bien parti après le but de Cristiano Ronaldo (67e sur penalty), le club merengue a craqué sur des réalisations de Sergio Ramos (85e csc) et Stevan Jovetic (92e). Conséquence au classement, la Casa Blanca garde la tête mais ne compte plus qu'un point d'avance sur l'écurie andalouse, alors que le FC Barcelone (3e) n'est qu'à deux longueurs. Rappelons cependant que la formation de Zinedine Zidane compte un match en moins que ses deux concurrents.