Avec son coup de tête salvateur qui a permis au Real Madrid d’accrocher la prolongation lors de la finale de la Ligue de champions, Sergio Ramos a gravé dans le marbre son nom dans l’histoire du club merengue.

Oublié le penalty raté contre le Bayern Munich, lors de la demi-finale de la Ligue des champions 2012. Sergio Ramos mériterait désormais d’avoir sa statue devant le Stade Santiago-Bernabéu. En s’élevant plus haut que tout le monde lors de la 95e minute de jeu, le défenseur des Merengue a permis à son club de décrocher la 10e Ligue des champions de son histoire. Car à ce moment de la partie, tout laissait croire que ce serait bien le grand rival de l’Atletico qui allait réaliser un improbable doublé Ligue des champions-Liga.

Comme à son habitude, Ramos s’est montré agressif dès le début de la rencontre. Trop peut-être, puisqu’il a écopé d’un avertissement dès la 27e minute de jeu pour s’être disputé avec plusieurs joueurs colchoneros. Défensivement il n’a rien eu à se reprocher ou presque. Avec Raphaël Varane, il a formé une charnière centrale plus que sereine face aux attaques de l’Atletico, qui il est vrai, n’ont pas été si nombreuses que cela.

A 28 ans, l’ancien Sévillan n’a jamais paru aussi fort. Après 8 ans passés au Real, il décroche enfin le seul titre qui manquait à son palmarès, lui qui défendra son titre de champion du monde cet été au Brésil avec la Furia Roja. Ce dont il peut être certain, c’est qu’il est entré dans l’histoire d’un club légendaire comme le Real Madrid. Ce qui n’était pas forcément gagné d’avance pour un défenseur. A lui de remporter encore de nombreux trophées avec les Merengue pour que son nom reste indélébile dans l’histoire du football espagnol.