Le Milan AC gagne mais ne rassure pas

Football / Ligue des champions

Le Milan AC gagne mais ne rassure pas
Photo MAXPPP

Le Milan AC gagne mais ne rassure pas

Mercredi 3 octobre 2012 - 20:08

Le Milan AC s'est laborieusement imposé contre le Zenith Saint-Pétersbourg (3-2) ce mercredi à l'occasion de la deuxième journée de la Ligue des champions. Dans un match très terne, Hulk a surnagé mais ne pouvait pas tout faire seul. Si les Rossoneri l'ont emporté, ceux-ci n'ont pas dû être rassurés tant leur prestation n'a pas été éblouissante. Le bol d'air est toutefois italien. Ca va mal au Zenith.

Le Milan AC n'a pas de quoi fanfaronner mais peut au moins pousser un très gros ouf de soulagement. Tenus en échec par Anderlecht (0-0) lors de la première journée, les Rossoneri ont douloureusement réagi en s'offrant le Zenith Saint-Pétersbourg (3-2) ce mercredi, à l'occasion de la deuxième journée de la Ligue des champions. Si les Lombards l'ont emporté, ils peuvent grandement remercier leur portier, Christian Abbiati. Auteur d'un match sensationnel, le vétéran italien (35 ans) a totalement écoeuré les attaquants russes (26e, 32e, 34e, 41e, 83e) permettant à son équipe d'empocher trois points précieux. Car avant cela, le Milan AC avait réalisé une entame de match très intéressante.

Alors que Bojan (6e) avait inquiété une première fois Malafeev, Emmanuelson ouvrait la marque sur un coup-franc très mal tiré mais chanceusement contré par le mur (0-1, 13e). Meilleur joueur milanais de ce début de saison, El-Sharaawy doublait même la mise dans la foulée d'une frappe croisée du droit, au sortir d'un slalom dans la défense et un grand pont sur Hubocan (0-2, 16e). Le défenseur tchèque n'était visiblement pas inspiré ce mercredi puisque au terme d'une prestation calamiteuse, il offrait la victoire au Milan AC en détournant dans ses buts un centre de Montolivo (2-3, 75e). Malgré ce succès, les hommes d'Allegri ne peuvent pas être satisfaits d'eux-même. Très brouillons dans le jeu, les Rossoneri n'ont pas montré grand chose et auraient pu sombrer si la paire Montolivo-De Jong n'avait pas été si efficace. Et surtout si l'adversaire avait été plus talentueux.

Hulk, seul au monde


Parce que le Zenith n'a vraiment pas été très bon. Avec Hulk et Witsel au coup d'envoi, les Russes ont livré une prestation très terne. Sans ses deux pépites, l'équipe dirigée par Luciano Spaletti aurait sûrement sombré. Dans tous les bons coups de son équipe, l'international brésilien a été très en vue, mais ne pouvais pas tout faire seul. Alors il proposait à Shirokov de l'y aider. Servi par le dernier cité dans la profondeur, l'ancien de Porto avait réduit le score d'une puissante frappe du gauche (1-2, 45e) avant de lui rendre la pareille en déposant un corner sur sa tête (2-2, 49e). Faible défensivement, la formation russe ne pouvait pas rivaliser. Pourtant, en face, le Milan AC n'était pas spécialement dans un grand jour, mais profitait du talent et de l'expérience des rares cadres qu'il lui reste après un été destructeur. Dans un groupe pourtant relativement abordable (Anderlecht et Malaga complètent la poule), les deux équipes ont du soucis à se faire si elles n'élèvent pas leur niveau de jeu. On ne sera pas surpris d'apprendre que leurs problèmes s'étendent dans leur championnat respectif.

Etienne Andurand

Fiche du Stats

Ligue des Champions
- Groupe C - Journée 2

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live