Première femme à entraîner une équipe de football professionnelle masculine en France, Helena Costa a été présentée par Clermont. Je n’ai pas peur, a affirmé la technicienne portugaise devant l’audience.

Comme prévu, la présentation d’Helena Costa a attiré les foules à Clermont. 106 journalistes étaient accréditées pour entendre les mots de la première femme à entraîner une équipe d’hommes au haut niveau en France. Déjà très présente dans les médias depuis sa nomination, la technicienne s’est exprimée en portugais, en anglais et en français. Je n’ai pas peur, a-t-il affirmé, présentant son arrivée comme quelque chose de normal.

Je sais que c’est une étape dans un monde d’hommes mais nous sommes en 2014, a tempéré l’ancienne sélectionneur de l’équipe féminine de l’Iran, dont les propos ont été relayés par RMC. J’ai déjà évolué dans ce milieu [elle a entraîné des équipes de jeunes à Benfica, ndlr], je ne suis pas étonnée par votre surprise mais regardez-moi comme un entraîneur plutôt que comme une femme. J’ai rencontré quelques obstacles mais ma place ici ne tient qu’à mon travail et aux efforts que j’ai pu fournir jusqu’à présent. Interrogé aux côtés de celle qui a choisi pour diriger son équipe, le président Claude Michy s’est une fois encore défendu de toute volonté de faire le buzz : Malgré tout l’engouement que suscite cette nomination, nous resterons fidèles à nos valeurs, nous ne tomberons pas dans le superficiel, a-t-il clamé.

Il peut compter sur la nouvelle femme forte du club auvergnat pour voir les choses en grand. Mon objectif, c’est de gagner. Je suis motivée. Si en tant qu’entraîneur je n’avais pas de  résultats, je quitterais le club, ça me paraît normal, a-t-elle expliqué, lucide, ajoutant que ce n’est pas parce que le Clermont Foot n’a pas un énorme  budget que nous ne pouvons pas être ambitieux. Reste désormais à joindre les actes à la parole pour faire taire les sceptiques.

Plus d'articles