Zinedine Zidane à Bordeaux, c’est une possibilité, a admis Nicolas De Tavernost. Mais l’actionnaire majoritaire du club aquitain devra offrir à l’ancien meneur de jeu des Bleus les moyens de ses ambitions pour le convaincre.

Remplacer Francis Gillot par Zinedine Zidane, ce n’est plus une simple rumeur à Bordeaux. Interrogé à ce sujet par l’Express, Nicolas De Tavernost a concédé être intéressé par la venue du Ballon d’Or 1998 au poste d’entraîneur. Zidane ? Il y a des dirigeants responsables du club. Qu’est-ce que c’est qu’une entreprise de football ? C’est une entreprise de spectacle ! Et si vous avez le meilleur acteur qui vient diriger le spectacle, vous vous en portez mieux. Donc Zidane à Bordeaux, pour nous, ce serait formidable, a déclaré le président de M6, actionnaire majoritaire du club au scapulaire.

Il a toutefois calmé le jeu autour de ce dossier : Après, il y a des conditions pour que ça se fasse, on verra si elles se remplissent où ne se remplissent pas. Le choix est ouvert, aujourd’hui. Vous dire qu’on n’y a pas pensé, je serais un menteur. Vous dire que ça se fera, je serais un usurpateur. Pour le Parisien, les conditions imposées viendraient surtout de l’actuel entraîneur adjoint du Real Madrid, qui n’a pas l’intention de lancer sa carrière sur le banc n’importe où. Zizou réclamerait ainsi cinq recrues pour renforcer l’effectif, alors que les dirigeants aquitains n’étaient disposés qu’à en accepter que trois à la base.

Pour tenter d’offrir à l’ancien meneur de jeu de l’équipe de France les moyens de ses ambitions, le club pourrait s’appuyer sur le soutien d’un nouveau sponsor : Danone. Après avoir décidé de rompre son contrat avec l’équipe première d’Evian-Thonon-Gaillard, dont Zidane n’est plus un actionnaire minoritaire, le groupe agro-alimentaire de Franck Riboud, un proche de ZZ, pourrait lui permettre de lancer sa carrière dans les meilleures conditions du côté du Haillan. Une aubaine pour Bordeaux.