Dmitry Rybolovlev va devoir céder la moitié de sa fortune à sa femme pour divorcer, soit plus de 3 milliards d’euros. Le président de Monaco a décidé de faire appel de cette décision de la justice suisse.

Dmitry Rybolovlev va devoir en signer des chèques. Mais le président de Monaco aura moins de mal à faire celui de Claudio Ranieri, remercié à un an de la fin de son contrat, que ceux pour son ex femme Elena. Car l’homme d’affaires russe, qui a fait fortune dans le potassium, va devoir casquer pour divorcer de cette dernière. La justice suisse l’a condamné à verser la moitié de sa fortune à celle avec qui il a été marié 23 ans. Soit 3,295 milliards d’euros.

Contactée par Nice-Matin, Tetiana Bersheda, avocate du propriétaire de l’ASM, a toutefois glissé que ce jugement devra certainement faire l’objet d’un nouvel examen en appel et ne revêt donc pas un caractère définitif au vu de l’existence d’un double degré d’appel en Suisse, laissant donc entendre qu’un appel allait être déposé. Un jugement qui ne devrait pas avoir d’impact sur l’ASM car, comme l’a affirmé Vadim Vasilyev, le vice-président, le club a un projet qui est validé et qui n’a rien à voir avec les problèmes personnels du président.

Il n’empêche que Dmitry Rybolovlev, 147e fortune mondiale selon Forbes, se serait bien passé du titre peu glorieux de divorce le plus cher de l’histoire. Même si la somme à verser était revue à la baisse, le Russe devrait effacer des tablettes les 1,7 milliard d’euros de Rubert Murdoch.