À moins de trois semaines de l’ouverture de la Coupe du monde, l’OM s’apprête à lancer son mercato avec l’arrivée de Marcelo Bielsa. Mais le Mondial risque d’être un frein aux emplettes marseillaises, qui devront faire avec un calendrier spécifique et pas adapté au marché des transferts.

L’arrivée de Marcelo Bielsa quasiment actée, l’Olympique de Marseille doit désormais se mettre en chasse d’un effectif à la hauteur des ambitions de son nouvel entraîneur. Si le nom d’Ever Banega circule de plus en plus sur la Canebière, le technicien argentin est surtout conscient que la Coupe du monde risque de freiner les ardeurs de son président Vincent Labrune, lequel devra s’adapter au contexte particulier du Mondial.

Tous les quatre ans, les clubs doivent en effet faire face à un mois de flottement au cours duquel les agents de joueurs sont souvent peu enclins aux négociations. À juste titre ou pas, les officialisations d’accords et de contrats se font en très grande majorité avant ou après le Mondial, mais rarement pendant. De mi-juin à mi-juillet, le marché des transferts hiberne et les clubs, aussi ambitieux soient-ils, doivent souvent attendre la fin de la compétition pour trouver chaussure à leur pied. Cette année encore, l’OM ne déroge pas à la règle et doit prendre les devants pour voir son effectif version Bielsa prendre forme.

La grande lessive ?

Début mai, des informations sur l’avenir de certains joueurs avaient déjà filtré. Peu séduit par Alaixys Romao, Benoît Cheyrou et André Ayew, Marcelo Bielsa voudrait s’en séparer. Un dossier délicat pour le dernier des trois, qui participera au Mondial avec le Ghana et devrait donc voir son avenir s’inscrire en pointillés dans les prochaines semaines. Du côté des jeunes du club, son frère Jordan plairait en revanche beaucoup à l’Argentin qui compterait sur lui, tandis que L’Equipe rapporte que l’OM envisage de se séparer d’un espoir (Imbula ? Lemina ?) pour équilibrer ses comptes. D’une manière générale, le dossier le plus avancé serait en fait celui de Dimitri Payet, dont le départ annoncé renflouerait les caisses du club à hauteur de 6 millions d’euros. Par chance, le Réunionnais ne fait pas partie du groupe des Bleus à la Coupe du monde et devrait pouvoir négocier son transfert sans obstacle.

Ce n’est en revanche pas le cas des deux anciens du vestiaire marseillais, Steve Mandanda et Mathieu Valbuena. Si le premier ne participera finalement pas au Mondial en raison d’une blessure aux cervicales, le flou va continuer de demeurer pour l’un comme pour l’autre. Annoncé partant il y a quelques mois, le portier olympien avait démenti en conférence de presse la semaine dernière : C’est difficile à dire, peut-être que non, peut-être que oui. Mais la tendance, c’est que ce ne serait pas ma dernière conférence de presse à l’OM. Avant de pointer du doigt le problème majeur : Les années de Coupe du monde, les transferts se réalisent tard. Un Mondial qui pose un nombre incalculable de questions pour la direction marseillaise, laquelle aimerait offrir à Marcelo Bielsa un effectif digne de ce nom mais dont le calendrier à suivre risque de perturber la marche en avant.