En roue libre depuis son élimination en quarts de finale de la Ligue des champions, le PSG reçoit Rennes mercredi (21h) pour le compte de la 36e journée du championnat. À la faveur d’une bien meilleure différence de buts, un nul sacrerait les Parisiens pour la deuxième année consécutive.

Pour suivre le LIVE depuis votre téléphone mobile, téléchargez l’appli Sport.fr. C’est gratuit !

Destins croisés, cette semaine, entre deux équipes aux trajectoires des plus opposées en cette fin d’exercice. D’un côté, le PSG touche du doigt son deuxième sacre d’affilée en Ligue 1 après avoir remporté la Coupe de la Ligue. De l’autre, le Stade Rennais, abattu par sa défaite en finale de la Coupe de France samedi, doit se remobiliser pour éviter la relégation. Une désillusion dont les hommes de Laurent Blanc essayeront de profiter pour officialiser un sacre qui leur tend les bras depuis plusieurs semaines.

Pour cela, les Parisiens se doivent de finir le travail. Dans un Parc des Princes prêt à fêter les siens, le PSG décrochera même le quatrième titre de champion de son histoire si Monaco ne vient pas à bout de Guingamp quelques minutes plus tôt. Mais nul doute que le club de la capitale préfère conclure cette saison et boucler ce championnat de la même manière qu’ils l’ont dominé : en gagnant sur le terrain. Une fin en apothéose pour les partenaires de Zlatan Ibrahimovic, qui fera son retour – bien choisi – après un mois d’absence.

Une saison réussie ?

Reste que cette élimination sur la scène européenne a fait mal aux têtes parisiennes et pose la question de la réussite d’une saison où le PSG aura tout de même écrasé la Ligue 1. Vendredi dernier, Zlatan donnait sa propre réponse dans les colonnes du Parisien : Cette saison, on se battait pour obtenir cinq trophées. Si l’on gagne contre Rennes, on en aura remporté trois. Il nous manquera la Coupe de France et la Ligue des champions. On doit être heureux de notre parcours. Mais en attendant de soulever la coupe aux grandes oreilles, les Parisiens peuvent déjà offrir à leurs supporters un nouveau sacre national. Et quoi qu’on en dise, ils l’auront mérité.