Promu en Ligue 1, Amiens a eu très chaud. L’équipe est passée devant la FFF pour répondre d’une affaire peu commune : l’un de ses actionnaires est aussi agent, ce qui est formellement interdit en France.

La Fédération française de football (FFF) a tranché pour le destin dans l’élite du promu amiénois dans l’affaire des irrégularités présumées de l’agent John Williams. Présent en Ligue 1 pour la première fois de son histoire, le club a bien failli retourner à l’échelon inférieur. En effet, il était reproché à Amiens d’avoir employé, en tant que directeur sportif, John Williams. Or, le dirigeant possède deux casquettes : celle d’actionnaire du club (à 0,12 %) mais également d’agent de joueurs. Une pratique totalement illégale en France. La commission fédérale des agents sportifs « a retenu des infractions à l’article L.222-9 du code du sport qui énonce, notamment, que nul ne peut obtenir ou détenir une licence d’agent sportif s’il exerce des fonctions de direction ou s’il est préposé d’une société employant des sportifs contre rémunération », a fait savoir la FFF.

La sanction est relativement modeste. Le club écope d’une amende de 15.000 euros au club et John Williams de 1.500 euros. Un montant assorti pour ce dernier d’une suspension d’exercer le métier d’agent pour les quatre prochaines années.

Rappelons que ce sont deux clubs de Ligue 2 en l’occurrence Lens et Lorient qui avait porté l’affaire devant les instances du football français. Deux équipes qui auraient pu accéder en Ligue 1 à la place du Sporting Club Amiénois, si celui-ci avait vu sa montée annulée dans le cadre de cette affaire.

Grégory Zerbone
La DNCG enquête sur John Williams

« L’affaire John Williams » n’est pas totalement close, malgré la sentence rendue par la commission des agents de la FFF. Selon L’Equipe, la commission a également demandé à la DNCG, dont les missions ont été élargies par la loi sur le sport votée en février dernier, d’enquêter sur John Williams. Le gendarme financier va notamment essayer de déterminer s’il était le directeur sportif, de fait, d’Amiens, la saison dernière. À l’issue de cette enquête, il pourrait être à nouveau convoqué par la commission des agents et éventuellement plus lourdement sanctionné.