Le Paris Saint-Germain a connu un exercice 2016-2017, très compliqué. Le titre de champion de France qui lui échappe, éliminé après un fiasco à Barcelone en Ligue des Champions et devra donc se contenter d’une Coupe de la Ligue et normalement d’une Coupe de France. C’est donc le bilan le plus faible, depuis l’arrivée de QSI à la tête du club. Les joueurs et les entraîneurs ont changé, mais une personne reste à la tête du club, Nasser al-Khelaïfi. Et si c’était lui le problème ?

C’est une saison très décevante qui se termine pour le PSG et dans cette situation personne ne semblait contrôler la barre du paquebot de la capitale. Une communication catastrophique, des joueurs qui réalisent des sorties extrasportives sans sanction, des choix du mercato contestés, la liste des erreurs est donc longue pour Paris.

Cette gestion lointaine du club de la capitale, laisse un peu penser que le club n’est plus la figure forte, la tête de gondole du Qatar sur la scène internationale. Le PSG revient donc en arrière c’est la deuxième fois qu’il finira sur la deuxième marche du podium avec QSI, la première c’était lors de la saison 2011 et la mise en place du projet.

Un problème de gestion sportive
Il a voulu exécuter les ordres de l’émir avec le licenciement de Laurent Blanc lors du mercato estival 2016, un choix non payant pour le patron du PSG. Une année plus tard, le club perd le titre et se fait lamentablement éliminé de la Ligue des Champions par le Barça. C’est le premier gros problème qui montre que le président du Paris Saint-Germain n’a pas les pouvoirs dans ce club, c’est surtout Doha qui veut garder la main sur la gestion de l’effectif du club parisien.

Laurent Blanc, ce n’est pas de sa faute, en revanche, Patrick Kluivert c’est bien lui ! Arrivé en juillet dernier, le patron du football ne satisfait pas aux attentes pour sa première saison à Paris. Cette erreur vient s’ajouter au problème de l’entraîneur, alors que plusieurs gros noms se sont proposés au PSG, Nasser décide de choisir Unai Emery, performant avec Séville mais qui va très vite se retrouver confronté à la gestion d’un effectif de stars. L’incertitude est donc au maximum à l’approche du mercato d’été et plusieurs dirigeants du club voudraient déjà se séparer d’Uni Emery, mais encore une fois, c’est Doha qui décidera

Un problème sur le mercato
C’est peut-être le plus gros problème du PSG, cette année. Un recrutement complètement raté par les dirigeants du club, Ben Arfa, Guedes, Jesé… Des noms que les supporters du club n’ont pas souvent vu sur la pelouse du Parc des Princes. Paris n’a pas souhaité renouveler son effectif, l’été dernier et voulait continuer avec les mêmes joueurs qui étaient déjà en échec sur la scène européenne depuis deux ans. La défaite et l’élimination face au FC Barcelone ont marqué les joueurs du club, plusieurs souhaitent maintenant quitter le PSG dès le prochain mercato pour retrouver un nouveau challenge dans un plus grand club avec des ambitions plus élevées.

Là aussi, les mauvaises performances du club cette année et le mauvais mercato sont le résultat d’une absence de plus en plus importante du président au sein du club, avec des activités diverses, le président du PSG n’est que très rarement présent dans le vestiaire et dans son bureau à Paris. Un éloignement qui contraste avec son omniprésence dans les choix sportifs. Le président veut toujours avoir le choix pour les recrutements et les départs avec l’accord de Doha et ne veut déléguer à personne ce rôle, c’est à ce moment que le rôle de Patrick Kluivert devient très flou.

La communication du club est catastrophique !
Depuis l’affaire Aurier, la communication du club n’est pas claire. Cette situation s’est reproduite avec l’affaire d’Hatem Ben Arfa qui demande du temps de jeu dans une vidéo, pourtant deux sorties qui n’ont presque pas été sanctionnées par le club. Serge Aurier, après avoir insulté Laurent Blanc et certains de ses coéquipiers sur le réseau social Periscope en février 2016, a été mis à pied quelques semaines par le PSG, puis a réintégré le groupe. C’est l’un des joueurs préférés de Nasser al-Khelaïfi, qui a montré plus de soutien à Aurier qu’à son entraîneur Laurent Blanc.

C’est un peu la même situation qui s’est produite avec Hatem Ben Arfa qui demande dans une vidéo sur internet du temps de jeu à Unai Emery. L’ancien joueur des Aiglons ne sera même pas sanctionné pour cette sortie. Deux sorties qui montrent que le président n’a pas de poigne sur les joueurs et ne montre en aucun cas que l’institution PSG est bien plus forte que la carrière personnelle d’un élément du groupe. N.P