Le PSG a arraché la victoire 3-2 à Metz ce mardi soir en match en retard de la 31e journée de Ligue 1 grâce à un doublé de Blaise Matuidi et malgré le retour à 2-2 des Messins à la… 88e minute. Grâce à ce succès étriqué, Paris revient nouveau à hauteur de l’AS Monaco au classement. Le club de la Principauté jouera son match en retard dans plusieurs semaines. Cette pression durera tout ce temps !

En déplacement sur le terrain du FC Metz ce mardi soir en match en retard de la 31e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain s’est imposé dans la douleur (3-2) et revient provisoirement à hauteur de l’AS Monaco en tête du classement.

Les joueurs d’Unai Emery pensaient pourtant avoir fait la différence en première période avant de se faire très peur en fin de match au stade Saint-Symphorien. Edinson Cavani a ouvert le score à la demi-heure de jeu (33e) avant que Blaise Matuidi ne double la mise dans la foulée (36e).

Au retour des vestiaires, les Parisiens ont plutôt bien contrôlé la possession de balle mais Jouffre est parvenu à réduire le score à l’entame du dernier quart d’heure (78e). Après quelques minutes un peu folle, Diabaté a finalement égalisé pour le club lorrain (88e) en toute fin de match. Après une barre transversale de Jouffre sur coup franc, Matuidi a donné la victoire au PSG sur le fil (90e+3).

Au classement, le PSG revient à hauteur de l’AS Monaco mais le club de la Principauté possède toujours un match en moins et une bien meilleure différence de buts.

Rappel des enjeux d’avant-match
C’est peut-être le match le plus important de la semaine du PSG. Après la victoire sans difficulté face à Angers, vendredi soir (2-0), les joueurs du club de la capitale voulait mettre la pression sur l’ASM qui a finalement battu Dijon, samedi soir. Ce soir face à Metz, c’est une nouvelle occasion de mettre la pression dans ce sprint final, le PSG doit faire le travail comme l’a confirmé son entraîneur, Unai Emery en conférence de presse : Pour nous ce qui est clair, c’est qu’on doit faire notre travail. On doit gagner et bien jouer. Après on pensera à Montpellier. Seuls nos matchs sont entre nos mains. Tous les matchs à l’extérieur sont difficiles. Metz lutte pour se maintenir. Ils ont besoin de points.

L’ancien technicien du FC Séville n’a pas oublié l’AS Monaco : Monaco est habitué à jouer les matchs avec exigence, et à répétition. Dijon a fait un grand match contre eux. Monaco l’a surmonté. Et ce n’était pas une question de fatigue ce match serré. Les adversaires ont besoin de points et montrent de la qualité.

A six rencontres de la fin du championnat, Paris n’a pas le droit à l’erreur et devra faire sans plusieurs joueurs importants de l’effectif.
Nous avons fait un groupe de 19 joueurs. Kurzawa ne sera pas là, Draxler et Ben Arfa travaillent avec le kiné. Krychowiak a recommencé le travail avec le groupe, il ne sera pas. Tous les autres seront présents. Un match qu’il ne faudra pas perdre pour garder une pression intense sur l’AS Monaco qui possède toujours 3 points d’avance sur le PSG avec un match en retard.

Metz sans ses cadres
Pour ce match, l’effectif messin a procédé à quelques retouches dans l’optique d’affronter Paris. L’équipe sera privée de Benoît Assou-Ekotto, Renaud Cohade, Vincent Thill et Florent Mollet, Simon Falette. Philippe Hinschberger a donc convoqué Matthieu Udol et Chris Philipps. Pourtant, Metz doit jouer le coup à fond, une occasion pour prendre de l’avance sur ses concurrents dans la course au maintien. Mais l’optimisme sur ce match n’est pas du côté messin, le coach a même décidé de laisser au repos son gardien Thomas Didillon.

Les compos probables
Metz : Oberhauser – Balliu, Bisevac, Milan, Udol – Doukouré (cap), Diagne, Philipps – Nguette, Erding, Lejeune

PSG : Trapp – Meunier, Marquinhos, Thiago Silva (cap), Maxwell – Verratti, Thiago Motta, Matuidi – Di Maria, Cavani, Pastore

NP