Saint-Etienne a assuré sa présence sur la scène européenne la saison prochaine en disposant de Montpellier (2-0) dans le cadre de la 36e journée de Ligue 1. Les Verts conservent un infime espoir d’accrocher le podium à deux matches du terme de la saison.

Éliminé sans gloire dès les barrages de la Ligue Europa par les modestes Danois d’Esbjerg, Saint-Etienne pourra prendre sa revanche sur l’Europe la saison prochaine. Les Verts sont assurés de disputer une Coupe d’Europe à la rentrée grâce à leur victoire de ce dimanche face à une formation de Montpellier trop limitée pour les inquiéter dans un Geoffroy-Guichard chauffé à blanc (2-0). Avec cinq points de retard sur Lille à deux journées du terme de la saison et une différence de buts semblable (+18 contre +19 pour les Nordistes), ils peuvent même continuer à rêver du podium.

Les joueurs de Christophe Galtier ont fait le job en concrétisant leur domination au retour des vestiaires. Hamouma a tout d’abord ouvert la marque d’une jolie frappe des 25 mètres en pleine lucarne (46e). Puis Erding a assuré le succès des siens en étant à l’affût d’un coup franc dévié de Gradel, au cœur d’une défense héraultaise apathique (56e). Comme un symbole d’une après-midi ratée du MHSH, pas encore mathématiquement assuré de son maintien ce dimanche après-midi avec huit points d’avance sur Sochaux, le premier relégable. Ruffier n’a ainsi eu aucun arrêt à effectuer, puisque Cabella et les siens n’ont cadré aucune de leurs six frappes.

Triste, surtout que la défense montpelliéraine a régulièrement souffert sur les offensives stéphanoises, à l’image d’un Congré dont les erreurs ont failli précipiter la perte des siens. L’addition aurait été plus lourde si Jourdren n’avait pas dévié sur son poteau l’ultime tentative de Tabanou (90e+2). Poussés par le Chaudron, les Verts étaient tout simplement trop forts pour le champion de France 2011-2012. Reste désormais pour l’ASSE à assurer la 4e place convoitée par le voisin lyonnais. Tout en gardant un œil sur le podium, même si les Stéphanois n’ont pas leur destin entre leurs pieds pour cette dernière donnée.