Le PSG, un navire sans capitaine

Football / Ligue 1

Le PSG, un navire sans capitaine
Photo TEAMSHOOT

Le PSG, un navire sans capitaine

Mardi 10 juillet 2012 - 22:33

Avant de démarrer la saison de Ligue 1 2012/2013, Carlo Ancelotti va devoir nommer un capitaine au Paris Saint-Germain. Et ce dernier sera français, comme l’a précisé le technicien italien en conférence de presse. Ce qui au final ne laisse pour le moment que le choix entre Jérémy Ménez, Mamadou Sakho et Christophe Jallet.

L’équipe du Paris Saint-Germain est progressivement en train de prendre forme. De nouveaux joueurs comme Ezequiel Lavezzi ou encore Marco Verratti ont déjà, où sont en passe de rejoindre le club de la capitale. Des recrues qui devraient indéniablement apporter un plus sur le plan sportif. Mais Paris n’est pas qu’une équipe, c’est aussi un des clubs les plus populaires de France (tout du moins de la région parisienne), auprès duquel, après les nombreux chamboulements de ces deux dernières années, les supporters ont parfois du mal à s’identifier. Pour en partie remédier à ce problème, Carlo Ancelotti nommera un capitaine français pour emmener les troupes parisiennes vers les succès escomptés.

Sakho hors-course ?


Quel joueur français serait cependant susceptible de prendre le brassard ? Logiquement, Mamadou Sakho, le capitaine au début de la saison dernière, aurait à nouveau dû se voir confier cette responsabilité. Mais après avoir passé la fin de l’exercice précédent sur le banc, et alors même que Leonardo recherche activement un nouveau défenseur central, l’international français a déjà fait savoir qu’il ne serait pas contre quitter le club. Difficile de le nommer capitaine dans ces conditions.

L’autre solution la plus évidente serait de faire appel à Christophe Jallet. Le latéral droit parisien semble faire l’unanimité dans le vestiaire, et il a déjà assumé cette responsabilité en fin de saison dernière. Le candidat parfait, si la cellule de recrutement du PSG ne cherche pas à le remplacer par un "grand nom" comme par exemple Maicon ou encore Dani Alves.

Ménez, un choix bizarre ?


Le dernier français en lice, mis à part Mohamed Sissoko (qui a choisi "footballistiquement" la nationalité malienne) est donc Jérémy Ménez. Si cette idée semble farfelue, tant l’attaquant de l’équipe de France est perçu depuis le début de sa carrière comme une individualiste, elle semble faire son chemin dans l’esprit de Carlo Ancelotti. En conférence de presse lundi, l’ancien entraîneur du Milan AC a déclaré : "Je sais, c’est peut-être une idée bizarre mais lui donner des responsabilités peut l’aider à prendre moins de cartons jaunes."

Il est vrai que Ménez prend énormément d’avertissements pour contestation, comme ce fut le cas à l’Euro lorsqu’il insulta l’arbitre du quart de finale entre la France et l’Espagne. Et un capitaine est souvent amené à discuter avec les arbitres. Mais cela pourrait aussi faire murir un joueur qui n’a pas toujours été exempt de tous reproches dans sa préparation "invisible". A un peu plus de deux semaines de sa convocation devant la commission de discipline de la FFF (pour avoir insulté son capitaine Hugo Lloris), recevoir le capitanat du club parisien pourrait lui permettre d’aborder plus sereinement ce moment. Mais encore faut-il que Carlo Ancelotti prenne ce pari.