Le PSG sans Ibra, ça vaut quoi ?

Football / Ligue 1

Le PSG sans Ibra, ça vaut quoi ?
Photo TEAMSHOOT

Le PSG sans Ibra, ça vaut quoi ?

Lundi 8 octobre 2012 - 16:47

Sans les deux buts magistraux de Zlatan Ibrahimovic, on se demande ce qu'aurait fait le Paris Saint-Germain sur la pelouse de l'Olympique de Marseille. La prestation collective du club de la capitale a été des plus médiocres, Javier Pastore en dessous de tout, et Paris sans la moindre cohésion offensive. Le PSG se résumerait-il aux exploits d'un seul homme ?

Que serait le Paris Saint-Germain sans Zlatan Ibrahimovic ? S’il est assez réducteur et souvent exagéré de dire que le club de la capitale ne se résume qu’à son exceptionnel avant-centre, la "Zlatan-dépendance" s’est parfaitement vérifiée ce dimanche soir pendant le Classique OM – PSG. L’international suédois a inscrit un doublé absolument splendide, avec une reprise de volée proche des arts martiaux dont il a le secret, et un coup-franc lointain d’une puissance ahurissante, dépassant les 100 km/h. Sur l’ensemble de la rencontre, Ibra a clairement été l’arbre qui cachait la forêt. A l’exception de Thiago Silva, lui aussi à son niveau contre Marseille, pratiquement aucun Parisien n’a livré un match de qualité, et digne des ambitions du PSG version qatarie, qui veut tout écraser sur son passage.

Le symbole le plus criant est évidemment Javier Pastore, absolument catastrophique de la première à la dernière minute de jeu qu’il a disputées, soit seulement 45, Carlo Ancelotti ne pouvant décemment pas le laisser sur la pelouse pendant toute la rencontre. "Pastore n’a tenu aucun rôle. Il a traversé la première période comme un fantôme. Je me pose beaucoup de questions sur les qualités de ce joueur sur une saison complète", lâche Jean-Michel Larqué sur RMC au sujet de l’Argentin. "Des fantômes, confirme Eric Di Méco sur la même radio, mettant Jérémy Ménez dans le même wagon que Pastore. Ils ont perdu tous leurs ballons en début de match. Ils mettent en difficulté toute leur équipe." L’ancien joueur de Palerme a manqué les passes les plus simples, multiplié les mauvais choix, et inquiète, forcément.

Javier Pastore n’est évidemment pas le seul à blâmer. "Verratti a clairement besoin de souffler", analyse Pierre Ménes sur Canal +, le milieu de terrain italien ayant été loin de son niveau de ces dernières semaines. "J'ai trouvé Ménez décevant et Chantôme absolument fantomatique", renchérit-il. Sylvain Armand, entré en jeu en seconde période à la place de Verratti, a lui-même vu "une équipe un peu molle, qui manquait d’intensité". "Nous aurions pu avoir plus de vitesse, d'intensité. Le match de mercredi (contre Porto) a pesé sur notre physique. Nous étions fatigués en fin de match", ajoute Ancelotti, qui n’a pas du voir que ses joueurs n’ont pas été meilleurs en début de match qu’à la fin. Et le technicien italien de ressortir sa rengaine habituelle : "Nous devons nous améliorer." On ne peut pas lui donner tort sur cette analyse, ce PSG-là doit être capable de ne pas dépendre que des exploits de Zlatan Ibrahimovic. Sans le Suédois, on se demande si Paris aurait pu ramener autre-chose qu’une défaite du Vélodrome.

Fiche du Stats

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live