Les dirigeants du Paris Saint-Germain gardent un oeil sur Daniel Alves. Mais ils n’ont visiblement pas envie d’abattre leurs cartes trop vite à propos du latéral droit du Barça.

Daniel Alves ne fait plus l’unanimité. Durant la saison 2013/2014, le défenseur a été critiqué, à plusieurs reprises, de l’autre côté des Pyrénées. Terminé le temps où l’international brésilien était considéré comme étant une référence au poste de latéral droit au FC Barcelone. Même s’il a obtenu un temps de jeu satisfaisant (42 apparitions, 4 buts), le natif de Juazeiro a perdu du crédit au Camp Nou. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que les décideurs ibériques ont choisi, depuis belle lurette, de ne pas prolonger son contrat alors que ce dernier expirera en juin 2015.

Histoire de ne pas laisser filer librement le footballeur âgé de 31 ans après cette date butoir, les Catalans devraient le vendre, pendant le mercato estival, afin de renflouer les caisses. Ciblé par Manchester City, Daniel Alves pourrait privilégier le fait de porter le maillot du PSG pour retrouver certains de ses compatriotes (Thiago Silva, David Luiz ou encore Lucas Moura). A Paris, il serait en concurrence avec le Néerlandais Gregory van der Wiel et il remplacerait donc Christophe Jallet qui pourrait être contraint de faire ses valises. Mais à en croire le quotidien As, les décideurs du club de la capitale n’auraient pas envie de se précipiter en ce qui concerne le dossier Daniel Alves.

Aucun dirigeant n’aurait amorcé un contact sérieux avec le Brésilien ou ses conseillers. Fortunés mais désireux de payer les joueurs qu’ils pistent au prix désiré, les Qatariens seraient prêts à attendre la fin du Mondial auriverde (15 juillet) avant d’entrer, ou non, en piste pour le défenseur. S’il est performant avec la Seleção, alors Daniel Alves pourrait seulement quitter le Camp Nou contre une somme comprise entre 15 et 20 millions d’euros. Si, au contraire, il passe au travers, alors une somme globale de 10 millions pourrait être suffisante afin de le déloger. Qu’on se le dise, le feuilleton Daniel Alves pourrait nous tenir en haleine assez longtemps cet été.

Vincent Bogard, Top Mercato