Football - Ligue 1

L1, J-1 : Montpellier, champion sans pression

L1, J-1 : Montpellier, champion sans pression

Retour sur la saison dernière


Montpellier ne risque pas d'oublier la saison 2011-2012 de si tôt. Partis pour viser au maximum une qualification en Ligue Europa, avec un budget loin de celui des grosses écuries du championnat et un Paris Saint-Germain entré dans la cour des grands avec des moyens illimités, les Héraultais ont surpris tout le monde en décrochant le titre de champion de France au terme d'un exercice palpitant. En retard à la mi-saison sur Paris, qui a d'ailleurs choisi ce moment pour remplacer Antoine Kombouaré par Carlo Ancelotti, considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs au monde, le MHSC n'a pas baissé les armes, bien au contraire. Malgré le départ de certains de ses joueurs pour la CAN, Montpellier a montré une force de caractère impressionnante, pouvant compter sur quelques remplaçants habituels comme Cabella, Stambouli ou Aït-Fana au mois de janvier et jusqu'à la fin de l'exercice. L'emportant très souvent 1-0, le club héraultais a su être efficace tout en faisant le spectacle grâce à un jeu léché, et quelques perles de Younès Belhanda notamment. Le MHSC a bien fait de remporter un titre avant que le PSG ne rafle la Ligue 1 saison après saison.

Le point sur le recrutement


Avec un titre de champion de France à défendre et la Ligue des champions à disputer, en plus des coupes nationales, Montpellier devait réussir à conserver ses meilleurs éléments, hyper-demandés sur le marché des transferts, tout en se renforçant à chaque ligne. L'exode a pour l'instant été évité, avec le seul départ majeur d'Olivier Giroud, qui a rejoint Arsenal, tandis que Mapou Yanga-Mbiwa et Younès Belhanda sont encore là. Numériquement, l'avant-centre a été remplacé par Emanuel Herrera, arrivé en provenance de l'Union Espanola (Chili). En plus du buteur argentin (25 ans), le MHSC a bien enregistré un renfort par ligne, avec les signatures du Toulousain Daniel Congré en défense, du Niçois Anthony Mounier au milieu, et de l'Angevin Gaëtan Charbonnier en attaque. Avec un onze pratiquement inchangé, des recrues et des joueurs comme Stambouli ou Cabella toujours capables de s'intégrer au collectif au pied levé, le club héraultais semble bien armé pour affronter l'exercice 2012-2013.

La préparation


Les premiers matchs amicaux ont été une véritable partie de plaisir pour Montpellier. Surfant sur leur aisance collective acquise la saison passée, les joueurs de René Girard ont facilement remporté leurs quatre premiers matchs de préparation, face à une sélection de Lozère (5-0), Arles-Avignon (3-1), Nice (2-1) et Kansas City (3-0), qui plus est en jouant tous les trois jours, avant de se frotter à des adversaires d'un niveau supérieur et de connaître plus de difficultés. Le MHSC a notamment eu droit à un match estival non-amical, puisque les champions de France ont affronté l'Olympique Lyonnais lors du traditionnel Trophée des champions. Les deux équipes se sont séparées sur un score nul (2-2) au bout du temps réglementaire, et c'est Lyon qui a remporté le premier trophée de la saison aux tirs au but. Les Montpelliérains ont ensuite subi la loi de l'Espanyol Barcelone (0-2), et ne se présentent donc pas au mieux avant la première journée de championnat, qui les verra recevoir Toulouse.

Le joueur à suivre : Anthony Mounier


A quelques exceptions près, le onze de départ de Montpellier cette saison sera le même que l'an passé. Parmi ces exceptions, il y a forcément Herrera, qui prend la place de Giroud parti à Arsenal, mais surtout Anthony Mounier, qui devrait occuper l'aile droite. En véritable ailier, l'ancien Niçois va apporter au MHSC toutes ses qualités de dribble, de vitesse, de centre … à un poste où René Girard utilisait la saison passée Souleymane Camara, plutôt attaquant de pointe, ou Rémy Cabella, plus à l'aise dans l'axe. L'aile droite, qui était un poste occupé «par défaut» la saison passée, pourrait donc devenir l'un des points forts des Héraultais. Herrera et Charbonnier, arrivés tous deux pour succéder à Giroud, seront évidemment eux aussi à suivre de près.

Un mot sur l'entraîneur


La saison dernière, René Girard a tout prouvé. Disposant de moyens limité, le technicien héraultais a tiré le meilleur de jeunes joueurs dont on attendait évidemment pas tant, a su créer une dynamique, faire de joueurs comme Olivier Giroud ou Mapou Yanga-Mbiwa des internationaux, et est évidemment pour beaucoup dans le titre historique de champion de France du MHSC. Connu aussi pour son fort caractère, Girard a logiquement remporté le trophée UNFP du meilleur entraîneur de Ligue 1, ô combien mérité pour celui qui a offert à Montpellier le premier titre de sa carrière, et une première qualification en Ligue des champions. Sa réussite, le club du président Loulou Nicollin la doit en grande partie à son coach.

L'équipe-type


Jourdren – Bocaly, Yanga-Mbiwa, Hilton (ou Congré), Bédimo – Estrada, Saihi – Mounier, Belhanda, Utaka – Herrera.


Benjamin Fouache

L’avis de la rédaction
Une chose est sure, Montpellier aura énormément de mal à renouveler l’exploit de la saison passée. Champion de France avant que le Paris Saint-Germain ne passe réellement dans une autre sphère sur le marché des transferts, et orphelin de son meilleur buteur, le club héraultais ne devrait pas réaliser le doublé, le titre étant cette année promis au club de la capitale. Le MHSC n’en reste pas moins une belle machine, qui a recruté intelligemment, a conservé ses deux autres pépites, Belhanda et Yanga-Mbiwa, et possède les armes pour viser le podium. Avec un LOSC qui a vu s’envoler Eden Hazard, la course pour les 2e et 3e places risque d’être passionnante, et Montpellier peut être un beau représentant français en Ligue des champions.




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport