Rémi Garde est revenu sur les raisons de son départ et a accepté de faire le point sur ses trois années à la tête de l’Olympique Lyonnais. Il en a aussi profité pour souhaiter bonne chance à son successeur, Hubert Fournier.

Dans les colonnes du Parisien, Rémi Garde a accepté de revenir sur ses trois saisons passées à la tête de l’Olympique Lyonnais. L’ancien technicien des Gones a d’abord expliqué les raisons de son départ. Je sens que je suis dans la nasse. J’étais moins performant, moins lucide. J’avais moins d’énergie pour prendre les bonnes décisions au jour le jour, s’est justifié Garde, qui était de passage au centre d’entraînement des Lyonnais mardi.

Alors qu’il est parvenu à qualifier lors de la dernière journée l’OL pour l’Europa League, Rémi Garde a avoué qu’il était satisfait de son bilan. Le contrat est rempli, a-t-il déclaré, avant de faire face aux éventuelles critiques qui pourraient s’abattre sur lui : Dans le football, les résultats sont intimement liés avec l’économie. Je veux bien qu’on me dise que c’est le moins bon classement depuis 1998 ou que j’ai été le premier entraîneur de l’ère moderne à ne pas qualifier l’OL pour la Ligue des champions. J’assume, il n’y a pas de problème. Mais j’aimerais qu’on mette des chiffres à côté de ce constat.

D’ailleurs, Jean-Michel Aula aurait tout fait pour le conserver. Mais devant son refus, le président lyonnais s’est rabattu sur Hubert Fournier, un autre ancien de la maison lyonnaise, qui devra lui-aussi faire aux réductions budgétaires. Il faudra être bien accroché à son siège et avoir le punch pour mener tout ça, a prévenu Garde, avant de conclure : Je n’étais pas sûr d’en avoir suffisamment. Des propos que son successeur ne prendra surement pas à la légère.