Gameiro sur la touche, la patte Ancelotti

Football / Ligue 1

Gameiro sur la touche, la patte Ancelotti
Photo TEAMSHOOT

Gameiro sur la touche, la patte Ancelotti

Lundi 16 janvier 2012 - 19:18

Pour sa première en Ligue 1 et au Parc des Princes, Carlo Ancelotti a décidé de se passer de Kévin Gameiro, et même de tout véritable attaquant de pointe, ce samedi soir avec le Paris Saint-Germain. Dans son fameux système en 4-3-2-1, le technicien italien a choisi de titulariser Jérémy Ménez aux avant-postes, invoquant la situation médicale de Gameiro. Pourtant, le choix d’Ancelotti semble bien plus fort.

Carlo Ancelotti nous a-t-il dit toute la vérité ? Ce samedi soir, à l’issue de la victoire de son Paris Saint-Germain face à Toulouse (3-1) au Parc des Princes, pour sa première en Ligue 1, le technicien italien nommé cet hiver en remplacement d’Antoine Kombouaré a dû justifier certains de ses choix tactiques. Outre la titularisation, comme face à Locminé le week-end passé en 32e de finale de Coupe de France, de Milan Bisevac au poste de latéral droit, Ancelotti a évidemment eu à répondre de la présence dans son onze de départ de Jérémy Ménez à la pointe de l’attaque, à la place d’un Kévin Gameiro placé sur le banc de touche au coup d’envoi. "C'est un choix médical. J'en ai parlé avec le docteur, je ne voulais pas prendre de risque", a simplement expliqué l’ancien coach du Milan AC ou de Chelsea, précisant que Gameiro revenait tout juste de blessure et n’était pas à 100% de ses capacités.

Pour affronter un adversaire de qualité comme Toulouse, on peut comprendre que Carlo Ancelotti ait préféré faire confiance à des joueurs en forme. Mais la titularisation de Ménez à la place de l’ancien Lorientais est-elle réellement due à l’état de santé de ce dernier ? A en juger par l’insistance avec laquelle le coach transalpin pousse ses dirigeants à recruter un avant-centre de classe mondiale, comme Alexandre Pato ou Carlos Tevez, on pourrait conclure que Kévin Gameiro ne jouit pas d’un crédit énorme auprès de son nouvel entraîneur. "Si on peut le faire on le fera", a ainsi répété Ancelotti en conférence de presse au sujet du recrutement d’un buteur cet hiver.

Le choix de l’Italien de ne pas titulariser Gameiro, qui posait la question de savoir si le PSG pouvait vraiment se passer de l’international français, a été d’autant plus appuyé que l’animation mise en place a fait ses preuves, et de quelle manière ! Avec un Ménez peu habitué au poste, le trio offensif complété par Javier Pastore et Nenê n’a cessé d’alterner les positions, et c’est de cette manière que le Brésilien s’est offert un doublé, et que l’Argentin y est lui aussi allé de son petit but, sur un service magistral de Ménez, alors plus bas sur la pelouse. De tels enchaînements n’auraient probablement pas pu être exécutés avec la présence d’un attaquant fixe comme Gameiro, et ce probant succès de ses camarades, bien qu’il soit entré en jeu à la 63e minute, ne va surement pas dans le sens d’un retour en grâce de l’ancien Merlu.





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fiche du Stats

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live