Après quatre ans et demi à la tête de Saint-Etienne, Christophe Galtier a avoué en conférence de presse qu’il pourrait quitter l’ASSE en fin de saison. Un club qu’il aura propulsé dans le Top 5 français et qui lui sera reconnaissant, quelle que soit sa décision finale.

Mon devoir, mon obligation et ma conscience professionnelle, c’est que je dois préparer la saison prochaine. Mais il n’y a rien de sûr. Je dois rencontrer les dirigeants en fin de championnat. Par ces mots, Christophe Galtier a mis le doute dans la tête des supporters stéphanois. Pour la première fois depuis de nombreux mois, l’avenir de l’entraîneur de l’ASSE s’inscrit en pointillés au sein de la maison verte, qu’il dirige depuis décembre 2009 et le départ d’Alain Perrin.

Élu meilleur entraîneur de Ligue 1 la saison dernière, Christophe Galtier commence à se poser des questions quant au futur de l’AS Saint-Etienne et aux ambitions du club. Sous contrat jusqu’en 2016, le Marseillais de naissance a ainsi tenu à mettre en valeur le parcours de son équipe en regard des moyens financiers mis à sa disposition par la direction : Je sais que faire mieux sera difficile. Devant, il y a deux équipes qui bénéficient d’un pouvoir financier incroyable. Mais le LOSC, avec moins de moyens que d’autres équipes, est troisième. Nous, avec moins de moyens également, on peut faire quatrième.

Auteur d’une saison encore une fois remarquable avec son équipe, Christophe Galtier s’interroge donc sur les capacités d’évolution de l’ASSE. Son discours remet en cause à demi-mot la politique de recrutement des dirigeants stéphanois, contre qui il s’est parfois battu pour être renforcé et bénéficier d’un effectif plus important et à la hauteur des ambitions du très bon entraîneur qu’il est devenu. Un poste rendu fragile par ces divergences, et sur lequel l’ancien adjoint d’Alain Perrin se met désormais à réfléchir.