David Luiz a évoqué pour la première fois son transfert au PSG. Le défenseur du Brésil s’est dit impatient à l’idée de relever ce nouveau défi, aux côtés notamment de son ami et coéquipier en sélection Thiago Silva.

Tout est réglé avec le PSG. Entre satisfaction et soulagement, David Luiz a affiché sa joie en conférence de presse vendredi. Le transfert du défenseur brésilien de Chelsea au PSG est le premier gros coup du mercato, réalisé avant la Coupe du monde. Je me suis efforcé de tout régler avant de venir en sélection, a avoué le joueur de 27 ans, impatient à l’idée de relever ce nouveau défi. C’est une nouvelle étape, un nouveau projet, un nouveau pays, une nouvelle langue… J’étais très heureux à Chelsea, j’y ai gagné des titres, mais la fin du cycle est arrivée. Je vais commencer un nouveau cycle à Paris, a souligné le sosie capillaire de Tahiti Bob, le personnage des Simpsons.

Au PSG, il formera la charnière centrale avec son coéquipier et capitaine en Seleçao, Thiago Silva. Un détail qui a son importance alors que les deux hommes s’apprécient sur et en dehors du terrain. Thiago est quelqu’un de merveilleux et qui me rend toujours heureux. Nous n’avons jamais été rivaux. c’est un grand leader, parfois sérieux, parfois bougon, mais nous nous disons toujours les choses de manière très naturelle et cela me donne la certitude que Thiago a les mêmes principes que moi, a avoué David Luiz concernant sa relation avec son futur coéquipier et capitaine… au PSG, lui qui se sent privilégié d’avoir évolué dans de grands clubs et veut représenter sa future équipe du mieux que possible.

Mais avant de débarquer à Paris, le Brésilien a une Coupe du monde à gagner avec le Brésil. J’ai hâte d’y être, et encore plus d’être champion. Le moment est venu. Le Brésil est uni et je veux que notre pays trouve le sourire, a-t-il ajouté, conscient que le tâche ne sera pas facile à domicile, avec la pression de tout un peuple. De grandes sélections mondiales, comme la France et l’Italie, en ont gagné une et perdu une à la maison. Le Brésil en a perdu une, le moment est venu de la gagner, a conclu le futur Parisien, qui espère bien arriver dans la capitale avec le statut de champion du monde.