Cheyrou et les mauvais comportements aux JO

Football / Ligue 1

Cheyrou et les mauvais comportements aux JO
Photo MAXPPP

Cheyrou et les mauvais comportements aux JO

Mercredi 15 août 2012 - 16:49

Par les temps qui courent, les footballeurs n'ont plus le droit à l'erreur. Parmi eux, Benoit Cheyrou déplore la différence de traitement que le football subit avec les autres sports. Et notamment durant les Jeux Olympiques, durant lesquels les comportements n'ont pas toujours été exemplaires.

Agacé par la mauvaise image qui colle à la peau des joueurs de football, Benoit Cheyrou fait le parallèle avec le comportement des sportifs lors des Jeux Olympiques. Si les attitudes de Samir Nasri, Yann Mvila, Hatem Ben Arfa et Jérémy Ménez ont été décriées durant l'Euro, le milieu de l'Olympique de Marseille déplore que celles de Nicolas Batum, des handballeurs français et des basketteurs espagnols n'aient pas été pointées du doigt. Pour aller encore plus loin, Benoit Cheyrou évoque l'épineux cas de la Marseillaise, peu chantées par les différents sportifs. "On a vu la Marseillaise qui n’était pas chantée par certains Français quelle que soit la discipline. On n’a rien dit. On a vu les basketteurs espagnols faire exprès de perdre un match pour ne pas jouer contre les Etats-Unis avant la finale. J’ai vu pas mal de choses pas très belles pour le sport et personne n’en a parlé. Dans le foot, on se focalise tout de suite dessus, et c’est amplifié. Il ne faut pas non plus abuser", a-t-il déploré sur le site officiel de l'OM. Des propos qui font échos à ceux proférés par Gaël Clichy en conférence de presse mardi. "Il y a pas mal d’athlètes que j’ai vus ne pas chanter la Marseillaise et, pourtant, on n’en a pas autant parlé que pour le foot".

Mais le plus agaçant, autant pour les joueurs de football professionnels que pour les amoureux du ballon rond, c'est la différence de traitement entre les sportifs. Et ce, favorisé par l'impact planétaire des Jeux Olympiques. "Là, c’était les Jeux Olympiques. C’était fantastique. J’adore les J.O. car on y découvre beaucoup de sports. Mais on s’aperçoit qu’il y a aussi parfois des gestes anti-sportif et anti-olympique. Mais ça a été beaucoup moins mis en valeur que dans le football", a noté Benoit Cheyrou.