Jean-Louis Triaud n’aime pas le principe du fair-play financier qu’il juge injuste pour les clubs voulant rattraper les grosses cylindrées européennes. Le fair-play financier part d’une bonne idée, mais c’est contre-productif et cela risque de figer les situations au détriment des clubs qui veulent grossir, a expliqué le président des Girondins de Bordeaux. Vous allez garantir au Bayern, Manchester (United), (Real) Madrid et Barcelone qu’ils auront toujours des budgets supérieurs aux autres et qu’aucun investisseur ne pourra arriver dans un club et rattraper ce retard, a expliqué le président des Girondins, dans des propos rapportés par l’AFP. Si vous voulez être cohérent, il faudrait dire non seulement il ne faut pas dépenser plus que les revenus du club mais il faudrait aussi tenir compte de la dette de ces clubs en question, qui est colossale, a-t-il également assuré. Pour moi, le fair-play financier est une ânerie. J’espère que l’avocat belge qui a porté l’affaire devant les tribunaux européens aura gain de cause et fera sauter ce truc qui me paraît totalement dépassé. De quoi faire plaisir à Michel Platini, le président de l’UEFA.

Plus d'articles