Football - Ligue 1

Bastos pourrait ne pas partir

Bastos pourrait ne pas partir

Il y avait un absent de marque à Saint-Jean-de-Luz vendredi, pour le deuxième match de préparation de Lyon. Si Hugo Lloris, Anthony Réveillère et Kim Källström, à peine de retour à l'entraînement après avoir disputé l'Euro, étaient logiquement trop courts physiquement, Michel Bastos n'a pas non plus pris part à la rencontre face à la Real Sociedad (1-1). Un signe qui ne trompait pas. Depuis plusieurs jours, l'avenir du Brésilien semblait s'écrire loin du Rhône, et plus précisément aux Emirates Arabes Unis. Le club d'Al Ain négociait son transfert et Rémi Garde n'avait alors pas cherché à laisser planer le suspense sur ce dossier une fois interrogé sur le futur de Michel Bastos. "Je ne peux pas vous répondre. Aujourd'hui, il n'était pas avec nous, je ne suis pas au courant des dernières tractations qui se passent entre lui, le club emirati et l'OL", avait expliqué l'entraîneur lyonnais.

Le départ annoncé de l'ancien Lillois, au club depuis bientôt trois ans, ne surprenait alors pas vraiment. Il y a quelques jours, Jean-Michel Aulas l'avait sérieusement tancé dans une sortie médiatique qui avait fait du bruit. "A deux ans d'un Mondial au Brésil, il va aller beaucoup mieux, croyez-moi", avait lâché le président de l'OL au sujet d'un Bastos décevant la saison passée. "Si je suis un problème, je préfère partir pour ne plus déranger", avait répliqué le principal intéressé, avant de finalement faire machine arrière et de se dire "heureux" à l'OL. Sauf qu'ensuite, Al Ain et ses arguments financiers avaient débarqué. Et ni le joueur, ni le club ne pouvaient faire la fine bouche devant la proposition émiratie. Selon But!, Bastos se serait déjà mis d'accord sur un salaire brut de 500 000 euros par mois, soit quasiment le double de sa rémunération actuelle. Mais voilà, Jean-Michel Aulas est gourmand, bien trop gourmand.

"Nous ne nous sommes pas mis d'accord sur les modalités du transfert", a-t-il simplement expliqué à L'Equipe. Acheté à Lille pour 18 millions, Michel Bastos était évalué par le président lyonnais à 10 millions cet été. Al Ain n'en proposant "que" 8, les négociations ont capoté. Attaqué dans la presse par son boss, le Brésilien appréciera une nouvelle fois l'attitude d'Aulas. En "radinant" pour à peine deux millions d'euros (moins les bonus divers), "JMA" assombri l'avenir de l'ailier gauche rhodanien. Alors que les clubs ne se bousculent plus du tout pour lui, contrairement aux années précédentes, Bastos pourrait avoir à rester à Lyon. Il devrait d'ailleurs avoir déjà rejoint ses partenaires à Montréal où l'OL prépare son Trophée des champions, qu'il disputera contre Montpellier.




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

Sport.fr TV


RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport