Le PSG a été convaincant à Kiev

Football / Ligue des champions

Le PSG a été convaincant à Kiev

Le PSG a été convaincant à Kiev

Jeudi 22 novembre 2012 - 17:36

Le PSG a validé son ticket pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions grâce à sa victoire obtenue lors de la 5e journée de la Ligue des champions sur la pelouse du Dynamo Kiev (0-2). Dans une rencontre où les Parisiens ont été dominés de bout en bout, Carlo Ancelotti a pu compter sur Ezequiel Lavezzi, auteur d'un doublé (45e et 52), pour éviter que la "mini-crise" de novembre ne prenne un peu plus d'ampleur.

La qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. C’est à peu près tout ce que Carlo Ancelotti pourra retenir de la victoire de son équipe sur la pelouse du Dynamo Kiev (0-2). Une fois de plus, le PSG n’a pas dominé son sujet, la faute à un milieu de terrain toujours aussi mal organisé. Il faudra faire bien mieux pour pouvoir disputer la première place de ce groupe A à Porto, vainqueur dans le même temps du Dynamo Zagreb (2-0). Car si le club de la capitale n’est toujours pas capable de faire face à un pressing bien organisé le 4 décembre prochain contre les Portugais au Parc des Princes, il n’est même pas la peine d’envisager ne serait-ce que le match nul.

Ce Paris Saint-Germain n’est toujours pas la machine de guerre qu’il était censé être en début de saison, mais cette équipe possède de véritables talents dans son effectif, c’est indéniable. A l’image de la première période disputé contre le Dynamo Kiev, Paris plie, mais Paris ne rompt pas. Après 45 premières minutes dominées de la tête aux pieds par les Ukrainiens, il a suffi de deux coups de génie des deux attaquants alignés par Carlo Ancelotti ce mercredi soir pour faire la différence et mener au score. Le premier est l’œuvre de Zlatan Ibrahimovic, qui d’une passe parfaite lance Ezequiel Lavezzi en profondeur. L’Argentin contrôle parfaitement le ballon, et d’un petit piqué s’en va inscrire son premier but sous les couleurs parisiennes (1-0, 45e).

Paris aura au moins fait preuve de réalisme


Mais si les joueurs de Carlo Ancelotti ont réussi à rentrer aux vestiaires en menant au score, c’est avant tout grâce à la maladresse des attaquants de Kiev. Les statistiques du premier acte sont éloquentes. Dix frappes à cinq en faveur de l’équipe coachée par Oleg Blokhine et seulement deux cadrées pour les Parisiens. Le club de la capitale n’a pas non plus été en mesure de tenir le ballon, laissant le Dynamo avoir le ballon plus de 60% du temps. Cela est notamment dû à la discipline dans le pressing des Ukrainiens, qui ont totalement empêché le milieu de terrain parisien de se dégager. Et si Miguel Veloso sur ses coup francs (14e, 27e), ou encore Gusev seul face au but vide (22e) s’étaient un peu plus appliqués, les locaux auraient pu mener de deux, voire trois buts à la mi-temps.

Il paraît que le propre des grandes équipes est aussi de savoir gagner dans les mauvais jours. Dans cette rencontre, c’est bien la seule marque de grandeur que les Parisiens auront montré, et ce dès la reprise du second acte. Sur une passe en retrait mal appuyée par Khacheridi, Matuidi devance la sortie de Kowal et sert Lavezzi, qui n’a plus qu’à pousser le ballon du bout du pied (2-0, 52e). Le break est donc fait, et malgré les tentatives de Dudu (58e), Veloso (62e) ou encore Haruna (65e), le Dynamo Kiev ne reviendra jamais dans le match. Les supporters parisiens peuvent pousser un "ouf" de soulagement, du moins jusqu’à samedi prochain, et le déplacement de leur club de cœur sur la pelouse de Troyes, pour le compte de la 14e journée de Ligue 1.

Fiche du Stats

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live