Méconnu en France mais considéré comme l’un des meilleurs milieux de terrain de Premier League, Morgan Schneiderlin se retrouve propulsé dans le groupe France pour la Coupe du monde avec les forfaits de Franck Ribéry et de Clément Grenier. Portrait.

Ils sont nombreux nombreux à s’être perdus en quittant la France trop jeunes. Morgan Schneiderlin ne fait pas partie de cette catégorie. C’est même tout le contraire et il serait plutôt l’exemple à suivre. Parti de Strasbourg, son club formateur, à 18 ans après seulement cinq apparitions chez les professionnels (dont trois en Ligue 1), le milieu de terrain de Southampton a gravi les échelons en même temps que les Saints. Il s’est installé comme titulaire dès ses premiers pas malgré une relégation en League One, l’équivalent du National, lors de sa première saison (2008-2009). Un statut qui n’a été que renforcé depuis ses débuts en Premier League avec les Saints. Morgan a progressé chaque saison depuis son arrivée à Southampton. Passer en League One où il y a parfois de vrais traquenards, l’a fait mûrir et lui a donné ce goût pour le combat, analyse Romain Molina, journaliste qui suit la carrière du joueur de 24 ans depuis plusieurs saisons.

A l’image de son équipe, le milieu, celui que les fans des Saints surnomment Spiderman continue de progresser et de surprendre. Sa plus grande qualité est son intelligence de jeu. Ses interventions sont toujours très justes. Avec les années, il oriente de plus en plus la manœuvre, change souvent de côté. Il lui reste à améliorer sa finition mais il n’a pas vraiment eu de chance cette année entre sauvetages sur la ligne et arrêts improbables des gardiens sur ses tentatives, explique Romain Molina. Selon lui, l’arrivée de Pochettino sur le banc (en janvier 2013, ndlr) a permis à Morgan de jouer plus haut et de profiter de ses capacités athlétiques car il a un cocktail endurance/vivacité/générosité assez détonnant.

Nous jouons en 4-2-3-1 avec deux milieux défensifs, je suis l’un des deux. Je peux aussi évoluer dans un 4-3-3, comme celui de l’équipe de France, j’arrive à m’adapter, explique le joueur de 24 ans au moment de décrire sa position privilégiée, et qui peut évoluer devant la défense ou dans un poste de relayeur. Les fans de Southampton l’ont élu meilleurs joueur du club il y a un an. Le milieu de terrain s’est construit grâce au football anglais : C’est le meilleur Championnat du monde, le plus attrayant, celui avec le plus de rythme. Quand je suis arrivé en D2, j’ai pu rapidement intégrer les impacts physiques qu’il y a là-bas. La Premier League, c’est encore différent. Vous affrontez les meilleurs joueurs chaque week-end. Chaque week-end, vous devenez meilleur.. Gary Neville s’était enthousiasmé sur sa performance à Old Trafford contre Manchester United (1-1 le 19 octobre), quand l’Alsacien avait rattrapé Danny Welbeck qui filait seul au but après une source de 40 mètres. De l’autre côté de la Manche, on s’étonnait ouvertement de ne pas le voir convoqué en Bleu. C’est mon ambition n°1. C’est pour ça que je travaille et que j’essaie de faire les meilleures performances possibles, rappelait le principal intéressé. C’est mon rêve depuis tout petit de représenter mon pays au plus haut niveau. Alors qu’il est passé par les U20 et les Espoirs, Mauricio Pochettino mettait même en garde la France en soulignant le fait que son joueur serait en mesure de défendre les couleurs de l’Angleterre dans le futur, lui qui est sélectionnable chez les Three Lions. Convoqué dans le groupe des 30 pour s’imprégner de l’ambiance à l’intérieur du club France au début de la préparation pour la Coupe du monde, Morgan Schneiderlin se voit rattraper par son destin. Didier Deschamps l’a rappelé avec Rémy Cabella pour palier les forfaits de Franck Ribéry et de Clément Grenier.