S’il est quasiment certain de ne pas disputer la Coupe du monde, Loïc Perrin a assuré qu’il se tenait prêt au cas ou. Le défenseur central de l’ASSE a aussi fait part de son bonheur de se trouver au sein du château de Clairefontaine.

Quelle saison pour Loïc Perrin. A 28 ans, le capitaine de l’AS Saint-Etienne a pour la première fois été convoqué par Didier Deschamps. Même si ce n’est qu’en qualité de réserviste, l’intéressé a ressenti une immense fierté lorsqu’il a appris la nouvelle. C’est quelque chose de magnifique, a-t-il expliqué lors du point presse des Bleus, avant de revenir sur ses premiers pas à Clairefontaine : Mes premiers jours se passent plutôt bien. J’ai été très bien accueilli. Je connais pas mal de joueurs donc cela a facilité l’intégration.

Pour autant, pas question de se faire de fausse idée quant à une possible participation à la prochaine Coupe du monde. Mon statut est clair. C’est bien défini, je suis là au cas où . Je me prépare comme si je devais y aller même si je sais que cela doit s’arrêter avant le départ, a déclaré le Stéphanois. Mais il faut se tenir prêt. On l’a malheureusement vu avec Steve Mandanda. On n’est pas là pour casser les autres. On fait un minimum attention mais après je suis là aussi pour montrer de quoi je suis capable. Mais je ne vais pas assassiner quelqu’un.

Un statut qui lui permet de ne pas se sentir trop stressé. Je n’ai pas de pression, au contraire. C’est la première fois que je suis là. J’ai envie de découvrir, d’apprendre… C’est une bonne chose d’avoir pu mettre un premier pied en sélection, a assuré l’intéressé. Et qui devrait lui permettre d’en remettre un deuxième, s’il parvient pendant ce court stage à taper dans l’œil de Deschamps. Mais ce ne sera pas avant le mois d’août prochain.