Les fuites du vestiaire des Bleus

Football / Equipe de France

Les fuites du vestiaire des Bleus
Photo TEAMSHOOT

Les fuites du vestiaire des Bleus

Jeudi 21 juin 2012 - 11:27

La fin de match a été agitée dans le vestiaire de l'équipe de France après la défaite contre la Suède. Les premiers échos de ce qu'il s'est dit entre les joueurs et le staff commencent à sortir dans la presse et font état notamment de malaises avec Hatem Ben Arfa et Samir Nasri. A deux jours du choc contre l'Espagne, ces fuites pourraient être mal vécues par un groupe qui vit toujours avec le fantôme Knysna.

La taupe est de retour. Celle que Patrice Evra avait déclaré vouloir chasser il y a deux ans en Afrique du Sud a frappé à nouveau en Ukraine et en Pologne. Ce jeudi, les médias, l'Equipe et le Parisien en tête, font leurs choux gras du grand déballage qu'il y a eu dans le vestiaire de l'équipe de France après la claque infligée par la Suède mardi. Sauf que cette fois, la taupe avait été avancée. Dans la zone mixte, Olivier Giroud avait déjà fait état d'une explication "musclée". Mercredi, en conférence de presse, Florent Malouda avait tenu le même discours, faisant un parallèle non dissimulé avec les événements du triste Mondial 2010.

"Ce que j'ai vu a quelque part réveillé en moi quelques démons. Je ne voulais pas l'exprimer devant les médias. On peut faire très mal en parlant à chaud. Il vaut mieux verbaliser que balancer des fusées et des missiles", a expliqué devant les médias le Guyanais. Laurent Blanc n'a pas non plus cherché à éviter le sujet. Attendu au tournant face à cette première "mini-crise" qui frappe un groupe jusqu'alors invaincu depuis 23 matches, le sélectionneur a expliqué que les tensions "faisaient partie de la vie d'un vestiaire, surtout en cas de défaite", encourageant ses joueurs à "se dire les choses" quand ils le ressentent.

Ben Arfa propose de s'en aller...


Pas sûr qu'il tiendra le même discours aux médias ce jeudi. Ce qui a fuité dans la presse risque de rappeler de biens mauvais souvenirs aux joueurs présents à Knysna. Certes, on est loin du "va te faire e..." de Nicolas Anelka, qui avait barré la Une de l'Equipe. Mais le quotidien ne va pas voir sa cote de popularité grimper dans le vestiaire des Bleus après ses révélations. On apprend ainsi que Laurent Blanc et Hatem Ben Arfa auraient un vif échange lors de cette fameuse mise au point dans la foulée de la défaite contre la Suède. Le joueur de Newcastle était en effet en train de pianoter sur son portable, lorsque que le sélectionneur lui aurait demandé "(s'il) ne voulait pas appeler sa famille, tant qu'il y était";

Vexé, Ben Arfa se serait mis à reprocher à Blanc sa sortie du terrain à l'heure de jeu, considérant qu'il y avait "plus nul que lui sur la pelouse". Le Lyonnais de formation aurait même proposé à Blanc de rentrer chez lui. Samir Nasri aurait quant à lui demandé à Alou Diarra de changer de ton au moment où ce dernier se livrait à une critique collective, s'attardant un peu plus sur le cas du milieu de terrain de City. Le staff technique n'a pas non plus laissé souffler les joueurs, Alain Boghossian tançant en public Philippe Mexès pour son carton jaune, qui le prive du quart de finale. Ambiance, ambiance...

Les Bleus n'ont pas besoin de ça


Deux ans après Knysna, ces révélations risquent de faire grincer des dents. Que ce soit au niveau du vestiaire, du staff ou des dirigeants du football français qui comptaient reconquérir le public avec un nouvel état d'esprit. Faut-il vraiment pointer du doigt cette équipe ? Elle est passée à côté de son match contre la Suède et ne s'en cache pas. Un énorme raté, collectif et non pas à cause d'un ou deux joueurs, qui a mis fin à sa série d'invincibilité et l'a contraint désormais à affronter l'ogre espagnol pour espérer continuer l'aventure. Pas de quoi pavoiser donc.

Les critiques qui ont suivi leur prestation, après des comparaisons parfois maladroites sur l'Euro et le Mondial précédents, n'ont pas non plus dû vraiment plaire aux Bleus, alors qu'ils se sont attachés ces deux dernières années à tenter de faire oublier les tristes prestations et comportements du passé. Peut-on vraiment en vouloir à une équipe de se dire ses vérités après un raté ? Doit-on vraiment sortir ce qui s'est dit dans le vestiaire à deux jours d'un match capital, quitte à déstabiliser un groupe déjà médisant avec les médias ? Reste à espérer désormais que la chasse à la taupe se sera pas ouverte à nouveau. Les Bleus ont d'autres chats (espagnols) à fouetter.

F.S





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

« Notre projet ne s'arrête pas là. »

Vadim Vasilyev, vice-président de Monaco

Direct Live