Les Bleus enchaînent sans convaincre

Football / Equipe de France

Les Bleus enchaînent sans convaincre
Photo MAXPPP

Les Bleus enchaînent sans convaincre

Mardi 11 septembre 2012 - 23:04

Six sur six ! L'équipe de France a parfaitement débuté sa phase de qualifications pour le Mondial 2014 en battant la Biélorussie (3-1) ce mardi au Stade de France. Quatre jours après ceux obtenus contre la Finlande, les Bleus obtiennent les trois points et portent donc leur total à six. Si le score peut paraitre flatteur, la prestation des Tricolores n'a pas été éblouissante à l'image de Giroud et Benzema, extrêmement décevants. En revanche, Ribéry aura été très en vue.

Quatre jours après avoir battu la Finlande (1-0), l'équipe de France poursuit sa campagne de qualifications pour le Mondial 2014. Au Stade de France, la Biélorussie, qui n'a jamais perdu contre les Bleus, arrive dans la peau de la victime parfaite. Les hommes de Didier Deschamps sont en reconquête et la formation d'Europe de l'Est pourrait en faire les frais. Quelques changements notables. Jallet et Capoue prennent la place de Réveillère et Diaby alors que Benzema glisse à droite, sortant Ménez du onze, pour laisser l'axe à Giroud.

Comme on pouvait l'attendre, les Bleus se portent immédiatement vers le but adverse. Ribéry est l'homme du début de rencontre. Par ses dribbles et ses accélérations, le Munichois fait mal aux Biélorusses. Comme souvent, c'est lui le moteur de l'équipe de France. Bien organisés, les Tricolores mettent du mouvement et semblent très motivés, le public apprécie. La première mèche est allumée par Giroud de la tête (13e), à la réception d'un centre de Ribéry, mais Veremko veille. Depuis le début, Benzema est branché sur courant alternatif. Le Madrilène peut faire la différence contre son adversaire direct puis manquer totalement son centre. Volontaires mais trop approximatifs, les Bleus ne sont pas en réussite. A la demie-heure de jeu, les premiers sifflets d'une partie du public bien trop exigeante descendent des tribunes. Si dans le jeu les Français n'arrivent pas à porter le danger, sur phases arrêtés en revanche, la défense biélorusse est aux abois. Sur coup-franc, Benzema fait passer un frisson dans le stade, mais sa frappe détournée rase le montant (37e). Le corner qui suit verra la tête de Sakho repoussée de justesse des deux poings par Veremko (38e). Malgré de bonnes intentions, les Bleus sont poussifs et manquent clairement d'inspiration et de folie. Une bronca viendra les accompagner aux vestiaires à la mi-temps.

Capoue et Jallet, premières !


Les premières secondes de la deuxième période ne viendront pas rassurer le public. Lancé dans la profondeur, Dragun se joue de Jallet pour s'offrir - et perdre - un duel avec un Lloris impeccable (47e). Alors qu'elle évolue plus haut sur le pré, la Biélorussie se fait prendre à son propre jeu. En contre, Jallet tente de se rattraper de son mauvais placement sur l'action précédente. Le Parisien est contré mais Ribéry récupère, accélère et centre pour Benzema. Si le Madrilène est trop court, Capoue surgit derrière lui et trompe Veremko d'un plat du pied droit (1-0, 49e). Paradoxalement, les Bleus parviennent à marquer alors qu'ils étaient dans leur premier temps faible de la partie. Et ce n'est pas l'ouverture du score qui changera la donne. Les Tricolores sont désorganisés et subissent le jeu. Devant, Giroud et Benzema sont fantomatiques. Très offensif depuis le début de la rencontre, Jallet n'est pas en réussite sur ses centres. Lancé par Ribéry, le capitaine du PSG voit Benzema dans l'axe et tente de l'alerter. Alors qu'il manque totalement son geste, le ballon est génialement placé et trompe Veremko en touchant la transversale (2-0, 68e). Extrêmement surpris, Jallet lève les mains comme pour s'excuser. Soirée des premières visiblement puisque les deux buteurs des Bleus n'avaient encore jamais inscrit le moindre but.

Ribéry finalement récompensé et ovationné


Décidément, les Bleus savent marquer quand ils sont en difficultés. Mais ne réagissent pourtant pas dans le jeu. Car la Biélorussie n'a rien à perdre et se remet à aller de l'avant. Sur une offensive rapide, Putilo s'engouffre dans la défense tricolore et se fait faucher par Yanga-Mbiwa. Si le Montpelliérain affirme ne pas l'avoir touché, le pied d'appui du joueur de Fribourg a pourtant bien été heurté. Sur le penalty qui suit, Lloris sort le grand jeu et détourne la tentative de Kirilenko mais est totalement abandonné par sa défense. Putilo a suivi et trompe finalement le portier de Tottenham, tout proche de réaliser un deuxième exploit consécutif (2-1, 72e). Dans une fin de match quelque peu décousue, les Bleus tentent de se mettre à l'abri. Au terme d'un mouvement initié par Valbuena, Benzema transmet à Ribéry qui marque d'un petit piqué au dessus de Veremko (3-1, 80e). La messe est dite. Excellent tout au long de la rencontre, le Munichois recevra une chaleureuse ovation à sa sortie. Tout comme ses partenaires à l'issue de la partie. Si la prestation n'a pas été grandiose, l'essentiel est là à savoir les trois points. Ce qui porte le total à six en deux rencontres et fait de la France le leader provisoire du groupe. Dans un mois, les Bleus défieront l'Espagne.

Etienne Andurand

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live