Le parcours des sélectionneurs des Bleus

Football / Equipe de France

Le parcours des sélectionneurs des Bleus
Photo TEAMSHOOT

Le parcours des sélectionneurs des Bleus

Mardi 14 août 2012 - 15:05

Alors que Didier Deschamps s'apprête à diriger son premier match en tant que sélectionneur de l'équipe de France, Sport.fr revient sur le parcours de ses prédécesseurs, en commençant par le vainqueur de l'Euro 1984, Michel Hidalgo.

Michel Hidalgo : 1976-1984 (75 matches, 41 victoires, 16 nuls, 18 défaites)
Michel Hidalgo arrive à la tête de l’équipe de France dans un contexte difficile. Alors que les Bleus n’arrivent plus à se qualifier pour la moindre compétition officielle depuis la Coupe du monde 66, Il succède au Roumain Kovacs, le seul étranger à avoir dirigé l’équipe de France. Pour son premier match, il affronte en amical la Tchécoslovaquie et s’en sort avec un bon match nul (2-2). La suite, tout le monde la connaît. Après une Coupe du monde 78 difficile, les Bleus iront jusqu’en demi-finale de la Coupe du monde 82, qu’ils perdront contre l’Allemagne. Mais les coéquipiers de Michel Platini pourront se consoler deux ans plus tard en remportant l’Euro en France, soit le premier Trophée majeur de l’équipe de France. Hildalgo quittera la sélection là-dessus.

Henri Michel : 1984-1988 (36 matches, 16 victoires, 12 nuls, 8 défaites)
Succéder à Michel Hidalgo ne fut pas une tâche facile pour Henri Michel. Pourtant, ce dernier restera à vie l’entraîneur qui a éliminé la "dream team" brésilienne en 86, en quart de finale de la Coupe du monde mexicaine. Pour son premier match à la tête des Bleus, Michel doit affronter le Luxembourg en qualification de la Coupe du monde 86. Sans soucis, les Bleus s’imposeront largement (4-0). A la suite du "Mundial", les joueurs de l’équipe de France connaissent un gros coup de mou. En difficulté dans les éliminatoires de l’Euro 88, le sélectionneur sera remplacé à la suite d’un match nul contre Chypre (1-1).

Michel Platini : 1988-1992 (29 matches, 16 victoires, 8 nuls, 5 défaites)
Le triple Ballon d’or français arrive dans un contexte difficile, puisque les Bleus sont quasiment éliminés de la course à l’Euro 88. Platini n’arrivera pas à relever la barre, et perdra notamment son premier match en tant que sélectionneur face à la Yougoslavie (2-3), lors des éliminatoires du championnat d’Europe. Il n’arrivera pas non plus à qualifier la France pour le mondial 90. Mais lors des éliminatoires de l’Euro 1992, il réalisera le grand chelem, et les Bleux arriveront à l’Euro 92 avec le statut de grand favori. Hélas, ils tomberont dans leur groupe sur le Danemark, qui remportera à la surprise générale la compétition. Platini démissionnera après cet échec et n’entraînera jamais d’autres équipes.

Gérard Houllier : 1992-1993 (12 matches, 7 victoires, 1 nul, 4 défaites)
C’est donc dans un contexte particulier que Gérard Houllier reprend en main l’équipe de France. Dotés d’une bonne génération, avec notamment Papin et Cantona en attaque, les Bleus se baladeront durant quasiment tous les éliminatoires pour la Coupe du monde 94. Alors qu’il ne reste que deux matches à disputer, l’équipe de France n’a besoin que d’un point pour se qualifier. Deux défaites plus tard, contre Israël et la Bulgarie, Houllier sera contraint de démissionner sur l’une des plus grosses désillusions du football français. Peut-être que sa défaite lors de son premier match amical contre le Brésil (0-2), champion du monde deux ans plus tard, était un signe annonciateur.

Aimé Jacquet : 1993-1998 (53 matches, 34 victoires, 16 nuls, 3 défaites)
Alors que le football français est au plus bas, Aimé Jacquet reprend en main l’équipe de France et entreprend de préparer les Bleus pour la Coupe du monde qui se déroulera chez eux quatre ans plus tard. Lors de leur premier match sous l’ère Jacquet, les Français vont battre l’Italie chez elle (0-1). Aimé Jacquet qualifiera son équipe pour l’Euro 96 et échouera aux portes de la finale (défaite au tir au but face à la République Tchèque). Deux ans plus tard, alors qu’il avait été fortement critiqué par la presse sportive, l’ancien technicien bordelais amènera son équipe sur le toit du monde en battant le Brésil en finale (3-0). Aimé Jacquet prendra sa retraite dans la foulée.

Roger Lemerre : 1998-2002 (53 matches, 34 victoires, 11 nuls, 8 défaites)
Dans la foulée du mondial 98, l’ancien adjoint d’Aimé Jacquet, Roger Lemerre, reprendra en main la sélection française. Son premier match amical contre l’Autriche (2-2) ne sera pas annonciateur du succès qu’il connaîtra à l’Euro 2000, le dernier trophée majeur glané par les Bleus. En revanche, l’échec dès les phases de poules de la Coupe du monde 2002 mettra un terme prématuré à sa mission à la tête de l’équipe de France.

Jacques Santini : 2002-2004 (28 matches, 22 victoires, 4 nuls, 2 défaites)
L’une des périodes où l’équipe de France pratiqua le plus beau jeu fut probablement durant les éliminatoires de l’Euro 2004. Pour sa première rencontre, Jacques Santini fera un match nul peu glorieux contre la Tunisie (1-1). Mais remontés à bloc après leur débâcle du mondial 2002, les Bleus terminent les éliminatoires sans avoir concédé le moindre point. Cependant, échaudé par le licenciement de Roger Lemerre qui avait coûté beaucoup d’argent, la Fédération refuse de reconduire le contrat de Santini avant la compétition. Ce dernier s’engage avec Tottenham avant même le début des championnats d’Europe, et la France se fera éliminée en quart de finale contre la Grèce, futur vainqueur de l’épreuve.

Raymond Domenech : 2004-2010 (79 matches, 41 victoires, 24 nuls , 14 défaites)
Raymond Domenech est le sélectionneur ayant dirigé le plus de rencontres de l’équipe de France. Lorsqu’il prend en mains la sélection tricolore, de nombreux cadres (Zidane, Makélé, Thuram) avaient déjà décidé de prendre leur retraite internationale. La première rencontre de l’ère Domenech opposera la France à la Bosnie. Le score final sera de 1-1. La phase de qualification pour la Coupe du monde 2006 s’avérera laborieuse, et il faudra le retour des "anciens" pour que la France se qualifie. En Allemagne, l’équipe de France passera tout près d’un deuxième sacre, mais se fera barrer la route par l’Italie en finale. La suite sera moins reluisante. Même si la France se qualifie pour l’Euro 2008 et la Coupe du monde 2010, elle ne passera pas la phase de poules. Le mondial Sud-Africain fut aussi le théâtre de la célèbre grève de Knysna, où l’absence d’autorité du sélectionneur sur ses joueurs fut flagrante.

Laurent Blanc : 2010-2012 (27 matches, 16 victoires, 7 nuls, 4 défaites)
Au moment où Laurent Blanc reprend l’équipe en mains, la côté d’amour de l’équipe de France est au plus bas. Pour son premier match amical, Laurent Blanc sera privé de tous les joueurs présents lors du Mondial 2010. Il en profitera pour lancer la génération 87, celle qui était snobé par Raymond Domenech en raison de ses supposés problèmes de discipline. Lors de cette rencontre contre la Norvège il connut sa première défaite (1-2). Les qualifications pour l’Euro 2012 seront difficiles, mais les Français se qualifieront sans passer par les barrages. Aux championnats d’Europe, la France atteint les quart de finale, objectifs affichés de la Fédération française de football. Mais les deux parties ne renouvelleront pas leur collaboration, suite à des dissensions entre le sélectionneur et le président de la Fédération française de football. L’ancien coéquipier et capitaine en sélection Didier Deschamps lui succède à ce poste.

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live