Seul Lyonnais dans le groupe des 23 Bleus qui participeront à la Coupe du monde, Clément Grenier revient de loin. Du haut de ses quatre sélections en équipe de France, le milieu de terrain rhodanien savoure avec humilité et se tient prêt en cas de pépin.

Il y a encore quelques semaines, Clément Grenier craignait de perdre l’usage de ses jambes. Aujourd’hui, l’Ardéchois fait partie du groupe que Didier Deschamps emmènera au Brésil pour représenter la France lors du Mondial. Un revirement de situation inattendu pour le milieu de terrain lyonnais, victime d’un staphylocoque doré en mars dernier. J’ai prié tous les jours pour pouvoir remarcher, car mes jambes ne répondaient plus du tout. C’est une sensation très bizarre et j’ai eu peur avait-il déclaré au Canal Football Club avant de faire son retour sur les pelouses de Ligue 1.

Contracté suite à une infiltration, ce staphylocoque a privé Clément Grenier d’un mois de compétition, freinant sa montée en puissance au sein de l’OL et mettant entre parenthèses sa participation au Mondial. Mais le Lyonnais savait que le sélectionneur comptait sur lui : Les staffs sportifs et médicaux de l’équipe de France et de l’OL étaient en relation avoue-t-il dans les colonnes du Progrès. Une situation qui n’a pas manqué de motiver le Rhodanien à revenir au plus haut niveau, même si sa santé passait avant tout. Il ajoute : Lorsque j’étais paralysé sur un lit d’hôpital, je ne pensais qu’à retrouver ma santé, le foot passait au second plan, mais l’objectif de la Coupe du monde m’est vite revenu en tête.

Aujourd’hui, le meneur de jeu lyonnais a réussi son pari et sera du voyage au Brésil. Un Mondial qu’il aborde avec humilité et avec le statut de remplaçant, attendant tranquillement son heure. Entré en jeu mardi soir contre la Norvège (4-0), Grenier mesure la chance qu’il a de participer à une Coupe du monde à laquelle ses coéquipiers Alexandre Lacazette et Maxime Gonalons, qui ont quitté le navire mercredi en tant que réservistes, n’auront pas la chance de goûter. De quoi savourer un peu plus sa place parmi les 23. C’est miraculeux, mais Grenier en sera.