François Hollande s’est rendu à Clairefontaine ce jeudi pour apporter son soutien à l’équipe de France. Dans un entretien accordé au Parisien, le chef de l’Etat était revenu sur le but de cette visite.

Les Bleus ont reçu un invité de marque ce jeudi. François Hollande, le président de la République, s’est en effet rendu à Clairefontaine pour rencontrer les hommes de Didier Deschamps, avant que ces derniers ne décollent pour le Brésil. Pas question de mettre la pression sur les joueurs, mais plutôt de leur assurer le soutien de tout l’Etat français. Je souhaite apporter aux Bleus un message d’encouragement avant une compétition qui, pour beaucoup de Français, sera un moment fort et leur dire l’honneur de représenter la France dans cette Coupe du monde, a expliqué François Hollande dans un entretien accordé au Parisien.

Evidemment, en toile de fond, le désastre de Knysna en 2010, qui avait terni l’image de la France dans le monde. Le Président de l’équipe de France adressera donc un rappel aux coéquipiers d’Hugo Lloris : il faut donner une image positive de l’équipe tricolore : L’équipe de France doit être pour tous un motif de fierté, d’unité, de mobilisation. Ce qui compte, au-delà du résultat, c’est l’image d’une équipe combative, solide et enthousiaste (…) Les Français doivent être fiers de leur pays. De ses sportifs, sûrement, mais aussi de ses entrepreneurs, de ses créateurs, de ses travailleurs qui se battent anonymement pour que la France réussisse.

Concernant l’épineuse question de la Marseillaise, le chef de l’Etat n’a pas souhaité incité les joueurs à la chanter. C’est toujours un moment d’émotion, certains joueurs la ressentiront au plus profond d’eux-mêmes, d’autres la chanteront à tue-tête. Les pressions sur les joueurs sont inutiles, ce qui compte, c’est le dépassement de soi-même, a-t-il expliqué dans les colonnes du quotidien régional. Une visite qui aura au moins eu le mérite de lui faire oublier ses difficultés politiques du moment pendant quelques heures.