Football - Europa League

Bordeaux prend une claque

Quelques jours après avoir donné une véritable leçon de réalisme à Lyon en championnat (0-2), Bordeaux s'est fait prendre à son propre jeu par Newcastle ce jeudi (3-0). Les Girondins n'ont pourtant pas démérité, cette fois, dans le jeu. Mais ils ont été plombés par une défense coupable sur les deux premiers buts, avant de rendre totalement les armes au retour des vestiaires sur une nouvelle réalisation, hors jeu celle-ci. De quoi faire regretter à Francis Gillot d'avoir osé un schéma tactique plus osé au coup d'envoi en 4-4-2. Un schéma vite abandonné, avec le retour du 5-3-2 dès le retour des vestiaires avec les entrées de Nguemo et Diabaté pour apporter de la densité physique. Mais le mal était déjà fait. La faute donc à une arrière-garde coupable sur les deux premiers buts.

Sur l'ouverture du score, Ameobi bénéficiait de l'apathie de la défense girondine et surtout d'une bonne action "100% frenchies" : sur une transversale de Cabaye, Obertan, très en vue face à son club formateur, débordait parfaitement sur le côte gauche et offrait un caviar à son coéquipier, lâché par Trémoulinas (15e). Puis peu avant la pause, Henrique coupait bêtement la trajectoire d'un centre anodin d'Anita alors que Carrasso était juste derrière lui pour pousser le ballon dans ses propres filets (40e, 2-0). Seul Cabaye avait pourtant réussi à inquiéter Bordeaux (1ère, 13e), bien en place mais trop maladroit en phase offensive. Obraniak (5e), Saivet (38 e) ou Sané (38e) avaient tenté leur chance, en vain. Saivet, encore lui, sonnait la charge au retour des vestiaires, mais sa talonnade trouvait le poteau de Harper (46e).

Quand rien ne va et qu'en plus l'arbitrage s'en mêle... Sur un service de Cabaye, Cissé profitait d'une position de hors jeu non sifflée pour tuer définitivement le match dans la foulée (48e, 3-0). Dès lors, les Magpies se contentaient de gérer son large avantage, contemplant Bellion rater la balle du 3-1 (73e). Un score sévère qui reflète la physionomie de la rencontre, la maitrise globale des joueurs d'Alan Pardew et vient sanctionner des erreurs défensives coupables de la part de eux de Francis Gillot. Chose à laquelle Bordeaux, invaincu depuis 17 matches toutes compétitions avant ce revers, n'avait pas vraiment habitué ces derniers mois. Il faudra rapidement oublier cette claque pour rebondir. Pourquoi pas dès dimanche, à Brest.




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport