Italie, le juste milieu

Football / Euro 2012

Italie, le juste milieu

Italie, le juste milieu

Samedi 30 juin 2012 - 18:59

A l'occasion de la finale de l'Euro 2012, l'Italie retrouve l'Espagne, avec qui elle avait concédé le match nul en début de compétition (1-1). Pour l'emporter, la Nazionale pourra compter sur son point fort, un milieu de terrain solide et technique. Le quatuor, composé de Pirlo, De Rossi, Marchisio et Montolivo, devra toutefois faire face à un trio ibérique exceptionnel dans lequel Xavi, Xabi Alonso et Sergio Busuets, ne lâcheront rien.

L'Italie est en finale de l'Euro 2012. Qui l'eût cru? Peu de monde tant la Nazionale semblait affaiblie par le scandale du Calcioscommesse avant la compétition. Au delà de ça, beaucoup pensaient son effectif trop faible pour rivaliser avec les cadors européens. Pourtant, après avoir avoir fait souffrir l'Espagne (1-1) et la Croatie (1-1), la Squadra Nazionale a donné la leçon à l'Angleterre (0-0, 4-2 tab) et surtout à l'Allemagne (2-1). Si les Italiens en sont là aujourd'hui, ils le doivent à une défense de fer et des attaquants virevoltants, à l'image d'un tandem Cassano-Balotelli en feu contre la Mannschaft. Mais avant tout, les Transalpins possèdent un milieu de terrain sensationnel. Un quatuor de génie composé de Riccardo Montolivo, Daniele De Rossi, Andrea Pirlo et Claudio Marchisio. Alliant technicité, combativité, et expérience, les quatre virtuoses se complètent à merveille. Les deux derniers cités se trouvent d'ailleurs les yeux fermés puisqu'ils évoluent tout deux à la Juventus Turin et sont à l'origine du titre de champion d'Italie.

La bataille pour la terre du Milieu


A la récupération, De Rossi a beau avoir la main bandée (fracture de l'index), il ne perd rien de sa grinta. Travailleur acharné, le Romain est agressif, dans le bon sens du terme, et apporte toute sa culture de la gagne. A ses côtés, Pirlo retrouve une seconde jeunesse. Entre ses ouvertures millimétrées et sa vision du jeu, "l'Architecte" régale et émerveille. Avec les clés de l'entre-jeu fermement en mains, le Turinois permet à Marchisio et Montolivo d'apporter le danger aux avant-postes. Les deux compères, à la liberté créatrice infinie, s'y prennent à merveille. Allez demander à Bastian Scheweinteiger ou Scott Parker, martyrisé avec l'Allemagne et l'Angleterre. Comme un aimant, le milieu italien, et ses quatre tentacules, attire les ballons et les ressort à merveille. Il faut dire que leur aisance balle au pied leur permet d'en perdre un nombre minimum. Contre l'Espagne, l'Italie se lancera dans une véritable bataille pour la terre du milieu.

Face au trident ibérique composé de Xavi, de Xabi Alonso et de Sergio Busquets, l'entre-jeu transalpins aura du travail mais connaît la solution. Le 10 juin dernier, lors de l'entrée en lice des deux formations, la Nazionale était passée toute proche de la victoire. Cette fois-ci nulle doute qu'elle fera tout pour l'obtenir.

Etienne Andurand

Fiche Stats

Euro
- Finale

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine

Direct Live