Bilan du premier tour

Football / Euro 2012

Bilan du premier tour
Photo TEAMSHOOT

Bilan du premier tour

Mercredi 20 juin 2012 - 12:05

La phase de poules de l'Euro est terminée et avant d'entamer les quarts de finale de la compétition, il est l'heure de tirer un premier bilan. Entre un "groupe de la mort" presque trop facile pour l'Allemagne et impitoyable pour les Pays-Bas, des éliminés comme la Suède ou la Croatie qui méritaient mieux ou encore des pays hôtes qui n'ont pas passé le premier tour, il y a eu pas mal de surprises dans ce début d'Euro 2012.

L’Allemagne impressionne, les Pays-Bas déçoivent


Dans une compétition aussi relevée que l’Euro, il est rare de voir une équipe terminer la phase de poules avec neuf points au compteur. D’autant plus quand cette équipe fait partie du "groupe de la mort". Pourtant, c’est bien l’exploit que vient de réaliser l’Allemagne en s’offrant trois victoires en autant de rencontres face au Portugal, aux Pays-Bas et au Danemark. Entrée timidement dans la compétition contre les Lusitaniens (1-0), la Mannschaft est montée en puissance, avec trois individualités, une par ligne (Hummels, Schweinsteiger, Gomez), qui sont sorties du lot. A l’inverse, on imaginait les Pays-Bas, vice-champions du monde en titre, prendre suffisamment de points pour accompagner les hommes de Joachim Löw en quarts de finale, mais les Bataves n’en ont pas pris un seul. Très mal lancés par une défaite surprise contre le Danemark (0-1), les Oranje n’ont jamais su relever la barre, minés par une défense particulièrement faible, et des joueurs ou trop individualistes (Robben) ou quasiment transparents (Van Persie, Afellay, Huntelaar ...). Et c’est le Portugal de Cristiano Ronaldo et Nani qui en a profité.

La Suède et la Croatie méritaient mieux


Si, avec trois défaites et des prestations plus minables les unes que les autres, les Pays-Bas ne méritaient absolument pas meilleur sort dans cet Euro, ce n’est pas le cas de deux autres éliminés : la Croatie et la Suède. Dans la poule de l’Espagne et de l’Italie, les Croates de Luka Modric ont prouvé qu’ils pouvaient rivaliser avec les meilleures nations. Auteure d’une victoire tranquille contre l’Irlande, puis d’un bon match nul face à la Squadra Azzurra, la sélection au damier a plus que tenu tête à la Roja pendant la quasi-totalité de la rencontre, avant de plier sur un but litigieux en toute fin de partie, et alors qu’elle aurait très certainement mérité un penalty pour une faute flagrante de Busquets.

Pour la Suède aussi, sortir d’un groupe composé de la France et de l’Angleterre n’était pas gagné d’avance. Le miracle n’a pas eu lieu, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. De l’avis de nombreux observateurs, les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic étaient en effet l’une des équipes les plus agréables à regarder jouer dans cet Euro, mais c’est leur défaite en ouverture face à une équipe d’Ukraine pourtant inférieure qui leur a coûté leur place en quart de finale. Car face aux Bleus et aux Anglais, malgré le revers contre ces derniers, les Suédois ont montré d’énormes qualités. Alors qu’ils étaient déjà éliminés, les hommes d’Erik Hamren ont ainsi donné une leçon de football à l’équipe de France lors du dernier match de poule, et pourront s’en vouloir longtemps de ne pas avoir battu les Ukrainiens.

Les pays hôtes et la Russie à la trappe


Comme en 2008, aucun des deux pays coorganisateurs de l’Euro ne participera aux quarts de finale de sa compétition. Après l’Autriche et la Suisse il y a quatre ans, l’Ukraine et la Pologne ont été éliminés dès le premier tour du tournoi dont ils sont les hôtes, et ça fait tâche. Pour l’Ukraine, c’est loin d’être une surprise puisque le groupe qui lui avait été offert (France, Angleterre, Suède) ne lui laissait guère de chance d’atteindre le tour suivant. En revanche, la poule la plus faible de l’Euro (Russie, République Tchèque, Grèce) laissait une possibilité assez importante aux Polonais de rejoindre les quarts, mais les coéquipiers de Ludovic Obraniak n’ont pas remporté la moindre rencontre, et ont terminé derniers du groupe A.

Dans ce même groupe, on imaginait la Russie dominer assez largement les débats, tant la concurrence paraissait faible. Et après un match d’ouverture remporté 4-1 face à la République Tchèque, ce sentiment n’en était que renforcé. Andreï Arshavin et compagnie disposaient d’une force de frappe assez impressionnante, mais ont été incapables de confirmer la bonne impression du premier match, d’abord face à la Pologne (1-1), puis contre la Grèce (0-1), qui lui a volé le billet pour les quarts sous le nez.

L’équipe-type


Lloris - Strinic, Mellberg, Hummels, Chiellini - Schweinsteiger, Gerrard, Modric, Iniesta - Ibrahimovic, Gomez.

Pourraient également figurer : Neuer, Casillas, Lahm, Pepe, Coentrao, Nani, Ribéry, Dzagoev, Mandzukic.

Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr



Le Zapping Sport.fr de la semaine : Cristiano Ronaldo, Messi, James Rodriguez, Van Persie, Ibrahimovic

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine