L’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar pourrait faire des dégâts au sein de la gouvernance du football mondial. Michel Platini, le président de l’UEFA, aurait rencontré le très controversé Mohamed Bin Hammam un mois avant le vote final.

Michel Platini est dans l’œil du cyclone. Alors que dans une enquête dévoilée dimanche, le Sunday Times a accusé le Qatar d’avoir eu recours à la corruption pour obtenir l’attribution du Mondial 2022, le Daily Telegraph a renchéri mardi en accusant Michel Platini d’avoir eu un rendez-vous secret avec le Qatarien Mohamed Bin Hammam, alors membre du Comité exécutif de la Fifa et radié à vie en 2012 pour corruption. Le Sunday Times a notamment accusé Bin Hammam d’avoir dépensé la bagatelle de 5 millions d’euros pour obtenir l’attribution du Mondial à son pays.

Le président de l’UEFA aurait donc rencontré Bin Hammam lors d’un petit déjeuner, un mois avant le vote du comité exécutif de la FIFA, qui a eu lieu le 2 décembre 2010. Le journal anglais précise néanmoins n’avoir aucune preuve que Michel Platini ait reçu de l’argent au cours de cet entretien. Toujours est-il qu’il est de notoriété public que l’ancien meneur de jeu des Bleus a voté pour le Qatar, lors de l’attribution du Mondial 2022 et qu’un déjeuner en présence de Nicolas Sarkozy et de l’Emir qatariens avait notamment achevé de le convaincre de donner sa voix au pays du Golf.

Reste à savoir si l’enquête menée par la FIFA sur l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022, qui doit se terminer le 9 juin prochain, pourrait mettre en cause Platini. Quoiqu’il en soit, ces accusations sont un coup dur pour Michel Platini, qui n’a toujours pas indiqué s’il se portait ou non candidat à la présidence de la FIFA, contrairement à l’actuel président de l’instance dirigeante du football mondial Sepp Blatter…

Plus d'articles