Goldman Sachs a joué au jeu des prédictions pour déterminer le futur champion du monde. Dans son rapport publié mercredi, la banque américaine a pronostiqué la victoire finale du Brésil, avec une place en quart de finale pour l’équipe de France.

Et si les banques pouvaient prévoir le futur champion du monde ? Comme à chaque édition de la Coupe du monde depuis 1998, Goldman Sachs profite de ses statisticiens pour tenter de prévoir quelle nation remportera le précieux sésame. Sans réelle surprise, la banque américaine a prédit la victoire du Brésil. Le modèle prévoit que le Brésil, l’Allemagne, l’Argentine et l’Espagne atteindront les demi-finales, et le Brésil battra l’Argentine en finale, peut-on lire dans son rapport publié mercredi.

Goldman Sachs a cependant de la concurrence, avec les prévisions de la banque italienne Unicredit. Pour cette dernière, qui prévoit aussi un succès final de la Seleçao, le dernier carré ne comprendra pas l’Espagne, mais l’Uruguay. Soit une présence massive des équipes sud-Américaine, puisque seule l’Allemagne devrait représenter le continent européen. Concernant, l’équipe de France, Goldman Sachs prévoit une place en quart de finale pour les Bleus, qui tomberaient contre l’Allemagne sur le score de 2-1.

Pour arriver à ce résultat, Goldman Sachs a pris en compte plusieurs éléments, dont le classement FIFA et l’expérience en Coupe du monde. En 2010, ses statisticiens étaient parvenus à donner 13 des 16 équipes présentes en huitièmes de finale, 5 des 8 équipes en quarts de finale et trois des quatre présentes en demi-finale. L’Espagne était censée arriver en finale, défaite par le Brésil lors de la finale. De quoi faire trembler les plus superstitieux des supporters auriverde, qui ne devraient pas apprécier ce genre de prédictions.