Pas le droit à l'erreur pour le PSG

Football / Coupe de France

Pas le droit à  l'erreur pour le PSG
Photo TEAMSHOOT

Pas le droit à l'erreur pour le PSG

Dimanche 6 janvier 2013 - 11:35

Contre Arras lors des 32e de finale de la Coupe de France, le Paris Saint-Germain n'a pas le droit à l'erreur. Et cela Carlo Ancelotti le sait. C'est pour cela que le technicien italien n'a pas hésité à mettre la pression sur ses joueurs avant cette rencontre qui se déroulera dimanche soir.

Depuis l’arrivée de Qatar Sport Investiment dans le capital du Paris Saint-Germain, le club de la capitale est programmé pour remporter toutes les compétitions qu’il est amené à disputer. Si la saison dernière s’était soldée par un échec, le staff parisien compte bien se rattraper dès cette année, que cela soit en championnat ou bien encore en Coupe de France. Car Carlo Ancelotti le sait, après avoir était sorti été de la Coupe de la Ligue par Saint-Etienne aux tirs au but, Paris ne pourra en aucun cas subir l’humiliation de se faire éliminer par un club amateur, Arras en l’occurrence, dès son entrée en lice.

Alors le technicien italien n’a pas hésité pas à donner de l’importance à ce trophée en conférence de presse. "C’est un objectif important. Tout le monde connait l’importance de la Coupe de France, c’est une très belle compétition. C’est au même niveau qu’en Angleterre avec la FA Cup, elle est très importante, tout le monde veut la gagner", a expliqué le coach italien. Une comparaison peut-être légèrement exagérée, mais qui démontre toute l’envie su staff parisien à ne pas subir d’accroc avant la reprise du championnat.

Et l’ancien coach du Milan AC ne se prive pas de mettre la pression sur ses joueurs. Si certains cadres comme Zlatan Ibrahomovic, qui ressent des douleurs à son genou, ou encore la nouvelle recrue Lucas Moura, pas encore assez affutée physiquement, seront laissés au repos, il n’en demeure pas moins qu’Ancelotti considérerait une défaite comme " une faute professionnelle". Les joueurs amenés à disputer cette rencontre sont donc prévenus : dimanche soir, pas le droit à l’erreur !