Football - Coupe de France

Lyon, le craquage en chanson

Lyon, le craquage en chanson

"Emmenez-moi à Geoffroy-Guichard, emmenez-moi au pays des bâtards. Il me semble que la misère serait de supporter les Verts." Ce chant, sur l'air de "Emmenez-moi" de Charles Aznavour, est régulièrement repris dans les travées de Gerland. Surtout lors des derbies face à l'ennemi juré, Saint-Etienne. Mais cette fois, ce sont certains joueurs de l'Olympique Lyonnais qui l'ont entonné. Le souci, c'est que ce dérapage s'est déroulé durant les festivités qui ont accompagné la victoire en Coupe de la Ligue. Devant la foule, Alexandre Lacazette, Samuel Umtiti, Maxime Gonalons, Jimmy Briand et Cris, notamment, ont décidé de pimenter la fête en se payant la tête du rival stéphanois. Un dérapage qui a rapidement fait réagir sitôt que la vidéo de leur "exploit" a fait le tour d'internet.

"C'est inadmissible, a jugé Jérémie Janot via le réseau social Twitte. (Ils) doivent être sanctionnés car ils ont un devoir d'exemplarité. Si par malheur, il y a des débordements et des blessés au prochain derby, ils en seront grandement responsables." Même son de cloche pour Bernard Caïazzo. "C'est tout à fait indigne, je n'arrive pas à comprendre. Le rôle des joueurs et des dirigeants est de se respecter et de ne pas tomber dans les travers qui peuvent entraîner des débordements vis-à-vis des supporters", s'est énervé le président de l'ASSE sur Infosport+.

Le semblant d'excuse de l'OL, le CNE entre en piste


Devant les réactions justifiées devant un tel élan de bêtise, l'Olympique Lyonnais a publié un communiqué sur son site officiel. Si le club "tient à exprimer ses sincères regrets" si un "ami stéphanois" a pu se trouver blessé "par cette malencontreuse initiative", l'OL n'entend pas blâmer ses joueurs pour ce chant. "L'O.L. se permet toutefois de rappeler que si la colère provoque parfois de vrais dérapages incontrôlés – les dirigeants de Saint Etienne le savent – la joie elle-même de la victoire peut inspirer un enthousiasme excessif", se justifie le club, tout en se dédouanant d'un chant qu'il n'a "pas inspiré" et dont il n'a pas écrit "la moindre ligne". Jean-Michel Aulas a quant à lui affirmé sur les ondes de RMC ce mardi qu'il y avait eu "ni insulte ni volonté de nuire", et que le mot "bâtard n'était pas une insulte" de toute façon. Une défense quelque peu légère.

Le Conseil national de l'éthique n'en a d'ailleurs pas vraiment tenu compte. L'instance a annoncé avoir ouvert un dossier suite "à des propos injurieux tenus en public par des joueurs de l'Olympique lyonnais, à l'encontre des supporters stéphanois". Pour rappel, Taiye Taiwo avait écopé d'un match de suspension ferme et d'un avec sursis, en plus de 20 000 euros d'amende, pour avoir repris un chant insultant anti Parisien après la victoire de l'OM en finale de la Coupe de la Ligue en 2011. Nul doute que le même genre de sanction aurait toutefois du mal à passer du côté de l'OL à la vue de la ligne de défenses adoptée. L'ASSE n'a également pas décidé d'en rester. Le club a annoncé son intention de porter plainte contre l'OL, tout en interpellant la LFP en lui demandant l'ouverture d'une enquête. De quoi accentuer la rivalité et les tensions entre les deux clubs...




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

Sport.fr TV


RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport