Football / Copa America

imprimer cet article envoyer cet article
Messi : nul n'est prophète en son pays

Messi : nul n'est prophète en son pays

Samedi 9 juillet 2011 - 11:33

Tenue en échec lors de ses deux premiers matchs à l'occasion de la Copa America qu'elle organise, l'Argentine n'est pas assurée de passer le premier tour. La presse locale, comme les supporters, s'interrogent toujours autant sur Lionel Messi. Brillant avec le Barça, le double Ballon d'Or peine sous le maillot de l'Albiceleste. Et ce n'est pas nouveau.

"Gamin, on joue les dernières minutes. Tu ne peux pas te laisser prendre la balle fils de p...." Cette petite délicatesse adressée à Lionel Messi est signée Nicolas Burdisso. Le défenseur, sans y mettre vraiment les formes, aurait lancé cette phrase à son coéquipier argentin, à la fin du match face à la Colombie (0-0), mercredi, pour lui demander de faire l'effort de redescendre. Une phrase qui illustre la tension qui règne autour de l'Argentine, qui ne compte que deux points dans sa besace après les deux premiers matchs de la Copa America organisée sur ses terres, mais également l'agacement que provoque Messi dans son pays natal. Marchant sur l'eau avec son club du Barça depuis bientôt trois saisons, le double Ballon d'Or est attendu par toute une nation comme le joueur capable de mener son équipe vers les sommets.

Mais il n'en est rien. Avec 17 petits buts en 57 sélections, la Pulga n'a jamais répondu aux attentes placées en elle en équipe nationale. Comme lors de la dernière Coupe du monde, Messi déçoit pour le moment. Lors du premier match face à la Bolivie (1-1), il est redescendu très bas pour récupérer les ballons, comme il avait pu le faire sous les ordres de Diego Maradona en Afrique du Sud. Aligné en pointe du 4-3-3 mis en place par Sergio Batista, il a plus tenu sa position contre la Colombie, sans succès.

Touché moralement ?


De quoi agacer ses coéquipiers, mais également l'opinion publique. Après le premier match, Clarin, grand quotidien national, avait titré ""Messi, qui es-tu ?", signe que le pays ne comprend pas tout à fait ce joueur, qui est parti rejoindre la Catalogne à 13 ans. Jorge Messi, le père de l'attaquant, a décidé de son côté de monter au créneau pour défendre son fils. "Léo vit très mal cette situation", a-t-il ainsi lancé sur les ondes de Radio 10. Pointant notamment du doigt la presse, accusée de jeter "de l'huile sur le jeu", le paternel du joueur de 24 ans estime qu'elle devrait se monter "plus attentionné" avec son équipe.

Javier Mascherano a également pris la défense de son coéquipier. "La réalité, c'est que le niveau individuel de chacun de nous n'est pas le meilleur et cela se répercute sur le collectif. Mais cela ne signifie pas que l'Argentine joue mal à cause de Messi, au contraire", a affirmé le capitaine argentin. Toujours très discret dans les médias, Lionel Messi s'est rarement épanché sur son cas personnel en sélection. Il n'a pas dérogé à la règle durant cette Copa America. Nul doute qu'il préfèrerait répondre à ses détracteurs sur le terrain et mener l'Albiceleste à son premier trophée depuis 1993.