Eric Cantona s’en prend à Michel Platini qu’il accuse d’être un homme politique comme les autres. Il lui reproche notamment d’avoir soutenu la candidature du Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde 2022.

Eric Cantona égratigne Michel Platini pour ses récentes déclarations sur le Brésil. L’ancien joueur a profité de la présentation de son documentaire Looking for Rio pour exprimer sa pensée sur le président de l’UEFA. Platini est notamment accusé d’être un homme politique comme les autres peut-on lire dans Le Parisien. Le King fustige la politique de l’ex-meneur de jeu de la Juventus Turin et l’orientation de ses décisions à la tête de l’UEFA. Ainsi, l’ancienne star de Manchester United pointe du doigt l’interprétation des mouvements sociaux au Brésil par le président de l’UEFA : Platini attend que la Coupe du monde se passe bien, mais des gens ont juste besoin d’être entendus, et ils seront entendus grâce à la Coupe du monde […] Ils ne vont pas attendre qu’elle passe, comme Platini le demande, ça ne servirait à rien.

Le Qatar, le sujet qui fâche

Le soutien de Platini à la candidature du Qatar pour l’organisation du Mondial 2022 reste également en travers de la gorge de Cantona. C’est une bonne chose que ça se passe dans des pays où il est important de développer le football. Mais au Qatar, il n’y a absolument rien à développer, aucun potentiel […] Les gens ne sont absolument pas intéressés par ce sport, et ne le seront jamais. Cantona regrette également les décisions de Michel Platini en tant que président de l’UEFA : C’est également Platini qui a donné le Championnat d’Europe des moins de 21 ans à l’Israël, ce qui est tout aussi irrespectueux au niveau des droits de l’homme que de donner une Coupe du monde au Qatar, étant donné la politique d’Israël. Il a aussi donné un Championnat d’Europe à l’Ukraine, qui n’était pas non plus un exemple de démocratie.

Le président de l’UEFA a provoqué une polémique il y a quelques semaines. Il faut dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde, qu’ils sont là pour montrer la beauté de leur pays, leur passion pour le football et que, s’ils peuvent attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux, ce serait bien pour le Brésil et pour la planète football. Mais bon, après, après, on ne maîtrise pas, avait commenté l’ancien numéro 10 de l’équipe de France alors que le Brésil est secoué depuis bientôt un an par des manifestations contre la hausse des prix, la corruption et le coût du Mondial. On est allés au Brésil pour leur faire plaisir. J’avais dit la dernière fois que c’est comme si les musulmans allaient à la Mecque, les chrétiens à Rome et les juifs à Jérusalem. C’est exactement ça d’aller à la Coupe du monde au Brésil. C’est pour ça que tout le monde se fait une joie d’aller à la Coupe du monde au Brésil. Eh bien les Brésiliens, il faut qu’ils se mettent dans l’idée de recevoir les touristes du monde entier et que pendant un mois, ils fassent une trêve. Pas des confiseurs, mais qu’ils fassent une trêve, avait maladroitement conclu Michel Platini.