Voeckler redonne des couleurs à Europcar

Cyclisme / Tour de France

Voeckler redonne des couleurs à Europcar
Photo TEAMSHOOT

Voeckler redonne des couleurs à Europcar

Jeudi 12 juillet 2012 - 9:50

Europcar reprend des couleurs grâce à la victoire d'étape de son leader Thomas Voeckler, après un début de Tour de France en dents de scie. Avec désormais un maillot à pois sur les épaules, Voeckler semble de nouveau ambitieux, comme son coéquipier Pierre Rolland, remis sur pied.

Europcar se réveille. Pas épargnée par les soucis, entre la mise au repos forcée de son leader Thomas Voeckler pour une inflammation au genou à une semaine du Tour de France, et la révélation, à deux jours du prologue, qu’une enquête préliminaire avait été ouverte contre elle depuis un an, sans résultat, l’équipe vendéenne a vu Voeckler renoncer à toute ambition au général dès la 3e étape, alors qu’il avait terminé 4e du Tour l’an passé, et son autre leader Pierre Rolland être pris dans la chute spectaculaire de la 6e étape. Mais ce mercredi, le soleil a chassé la grisaille, avec la victoire d’étape de Thomas Voeckler. "C'est une belle histoire, une histoire à la Thomas Voeckler. Il revient de loin. Lui et tout le Team Europcar, on ne faisait pas les fiers avant le départ", lâche Andy Flickinger, le directeur sportif de l’équipe.

"C'est le leader de l'équipe, c'était important pour nous qu'il soit là, il a réussi à se refaire physiquement, c'est génial", sourit-il, après avoir suivi le coureur pendant son échappée victorieuse. Mais depuis quelques jours déjà, on sentait le vent tourner en faveur d’Europcar, "suspendue" au genou de son leader d’après le manager Jean-René Bernaudeau. "Ca fait trois jours que Thomas va vraiment mieux, qu'il n'a plus mal au genou. Les voyants étaient au vert, confirme Flickinger. Ca se voyait qu'il avait retrouvé son "fighting spirit", cette hargne. Quand il est grognon, on sait qu'il va faire de belles choses et ce matin (mercredi), il était un peu grognon."

"C'est ça être leader"


Finalement libéré de par sa 52e place au classement général, à plus de 26 minutes du maillot jaune, Voeckler s’est lâché. Mais le double champion de France (2004 et 2010) refuse de parler de revanche, après avoir été très affecté par les accusations révélées avant le départ de la Grande Boucle. "Je suis obligé d'y penser un peu parce que ça m'a énormément blessé. Il y a une part de réponse, mais pas de revanche. Ca passe bien après les sentiments de bonheur et satisfaction que j'ai pu ressentir", promet-il. Pour son coéquipier et bras droit Pierre Rolland, la victoire d’étape de mercredi n’est que du bonheur : "C'était une belle journée de vélo ! Et Thomas, le patron, a parlé ! Son mal de genou, il l'a gardé pour lui. Il n'a jamais mis la tristesse dans le groupe, il s'est accroché. C'est ça être un leader, tirer le groupe vers le haut."

Comme tiré vers le haut par Voeckler, Rolland a lui aussi retrouvé la forme après avoir souffert des côtes pendant plusieurs jours, et a fini l’étape à une belle 8e place, à 2 minutes 44 secondes de son coéquipier. "Pierre a eu deux jours difficiles après sa chute. Il est arrivé à se remotiver et il veut faire un bon classement général", explique Flickinger. "J'ai perdu beaucoup de temps, tempère le coureur de bientôt 26 ans, 20e du général à 9 minutes 28 secondes du leader, Bradley Wiggins. Maintenant, il faut que j'aille en récupérer quand ça se présente." De son côté, Thomas Voeckler n’exclut plus de viser le maillot à pois : "Ca peut être un objectif mais je reste humble." "Il va encore faire des numéros sur ce Tour", garantit Flickinger.

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine