Le scénario du Tour de France n’est pas écrit pour Nairo Quintana. Il s’attend à une course de mouvement, avec des surprises, mais il assure qu’il voudra la gagner.

Nairo, après votre deuxième place au Giro, dans quelle condition arrivez-vous sur le Tour ?
Je viens toujours sur cette course avec une grande envie, c’est la course la plus importante pour nous, l’objectif numéro un de notre saison, pour moi et pour l’équipe. Pour la préparation, nous avons travaillé d’une manière particulière, avec cette pause après le Giro. Il faudra attendre la fin du Tour pour savoir si on s’est trompé ou non, pour savoir ce qu’il faudra améliorer. Mais j’arrive avec de très bonnes sensations, très positives, de bonnes jambes. J’espère que la force va m’accompagner pour briller en montagne et faire la différence.

Peu de chronos, mais moins d’arrivées au sommet, le parcours 2017 vous est-il favorable ?
Ce Tour est un peu moins défavorable que les autres années pour moi en termes de contre-la-montre. Je vais céder du temps dans les chronos, c’est normal, mais j’espère que ce ne sera pas trop. Je suis moins inquiet qu’au Giro, où il y avait beaucoup plus de kilomètres de contre-la-montre. Comme il y a moins d’arrivées au sommet cette année, il faudra être beaucoup plus audacieux, attaquer, je pense que ce sera un Tour avec beaucoup de stratégie, beaucoup de mouvement, un Tour très particulier. Il faudra être audacieux aussi dans les descentes. Si mes rivaux peuvent le faire, je peux le faire aussi. Evidemment si je pouvais choisir, je ne mettrais que des arrivées au sommet, mais je suis en bonne condition et je peux affronter ce parcours. Cela dit, on prend parfois des risques énormes, on se met en danger, la course est rapide, stressante. C’est meilleur pour le spectacle et pour la télévision que pour la santé des coureurs.

Froome a moins brillé au Dauphiné que les années précédentes. Qui sont les favoris selon vous ?
Froome est mon rival numéro un et je suis certain qu’il sera très fort. Mais il y a aussi d’autres coureurs qui ont brillé récemment. Je pense que ce sera un Tour de très haut niveau. Il y a beaucoup de favoris. On peut citer Aru, Porte, Froome, Bardet, Contador, et puis la surprise qui va arriver et que l’on n’attend pas. Il faudra avoir plus que la condition pour gagner ce Tour, il faudra aussi la chance que tout aille bien.